Cinq femmes ont été enlevées le vendredi, 23 mars 2018 dans la ville de Siguiri. Elles ont été embarquées à bord d’une voiture pour une destination inconnue, mais ont réussi finalement à s’échapper pour rentrer chez elles, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Mariam Cissé, mariée et sans enfant, résidant au quartier Missira dans la commune urbaine de Siguiri, est l’une des dames enlevées par un groupe d’individus non identifiés. Selon elle, c’est sur le chemin du marché qu’elle a été enlevée par les ravisseurs sur la route nationale Siguiri-Kankan.

« Hier, je suis sortie pour aller au marché, sur mon chemin, un conducteur de taxi-moto m’a demandé si je partais, j’ai dit oui je vais au marché, c’est ainsi qu’il m’a prise sur la moto. Peu après, il m’a dit madame, il fait chaud à Siguiri, prenez de l’eau, dès que j’ai bu l’eau qu’il m’a donnée j’ai perdu conscience. Quand j’ai repris conscience, j’ai vu que j’étais dans un taxi en compagnie de quatre autres femmes kidnappées, et on prenait la direction de Kankan. A quelques kilomètres de Kankan, on m’a donné un autre jus, mais j’ai refusé de le boire, j’ai fait semblant de dormir. Après, ils sont descendus de la voiture pensant qu’on dormait toutes. C’est ainsi que j’ai réveillé les autres, on est descendu pour nous enfuir. On a trouvé un volontaire qui nous a ramenées à Siguiri », témoigne-t-elle.

Les cinq dames enlevées sont toutes rentrées chez elles, mais leurs ravisseurs ne sont pas pour le moment identifiés. Ce qui crée une certaine psychose dans cette zone, où beaucoup craignent de tomber sur ces personnes dont les motivations restent encore méconnues.

De Siguiri, Bérété Lancei Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin