Un accrochage a opposé des agents de police à des jeunes de la ville de Siguiri ce mardi, 10 juillet 2018. Ils ont fait deux blessés dont un jeune qui a eu un pied fracturé, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Tout est parti d’un contrôle de routine que des agents de la police routière effectuaient au niveau du carrefour de Tiguibiri dans la ville de Siguiri. Les policiers ont interpellé un jeune homme et ont confisqué les clés de sa moto. D’autres jeunes sont venus pour, disent-ils, plaider en faveur de sa cause, et c’est à ce moment qu’ils se sont affrontés aux agents de sécurité. Deux personnes ont été blessées dans ces accrochages, dont Siaka Camara qui a eu un pied fracturé.

« J’étais de passage quand j’ai vu mon jeune frère qui était arrêté par une policière, je me suis arrêté pour demander à la policière de lui remettre les clés de sa moto, mais elle m’a renvoyé vers son chef. Ce dernier m’a remis une clé, mais mon jeune frère a dit que c’est deux clés et non une seule. J’ai demandé à ce qu’ils nous rendent la seconde clé, c’est ainsi que le chef a appelé des renforts qui sont venus m’arrêter et me faire monter dans leur véhicule. Ils m’ont battu jusqu’à ce que j’ai une fracture au niveau de la jambe gauche », explique ce citoyen.

Une version qui a été démentie par le commissaire spécial de la sécurité routière, le commandant Jean marie Doré : « Les agents ont interpellé un jeune qui n’est pas dans les règles, et un groupe de jeunes est venu pour s’opposer à son interpellation. Cela a coïncidé au passage d’un véhicule de CMIS, comme ils jetaient des pierres sur nos agents, la CMIS a interpellé deux d’entre eux. L’un d’entre eux a sauté du véhicule, il est tombé, sa jambe fut facturé, et un agent a été blessé au niveau de ses lèvres », soutient l’officier de police.

Siaka Camara, le jeune blessé a été conduit à l’hôpital par le secrétaire général de la commune urbaine. Mais, ses amis, en colère, sont allés ériger des barricades sur la route internationale Siguiri-Bamako pour bloquer la circulation. De son côté, la police a rappelé tous ses agents à la base pour éviter de nouveaux affrontements.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin