Un jeune de 20 ans a péri dans un éboulement survenu hier, mercredi 16 mai 2018, dans une mine d’or à Siguiri. Il a fallu de longues heures de recherches pour que le corps de la victime soit retrouvé, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

L’exploitation artisanale des mines d’or de la préfecture de Siguiri continue d’endeuiller de nombreuses familles. C’est le cas de la famille de Mamady Bérété, 20 ans, marié à une femme et sans enfant, originaire de Kankan. Le jeune homme a été tué hier mercredi, 16 mai 2018 par un éboulement survenu à Woyonfè, mine d’or située dans le district de Köfilani dans la sous-préfecture de Kintinia. Alama Traoré, président du district de Köfilani, déplore ce drame et donne les raisons qui expliquent la recrudescence des éboulements dans les mines d’or de Siguiri.

« Les éboulements dans les mines d’or de Siguiri ne sont pas nouveaux, depuis le temps de nos ancêtres, on enregistre ces incidents malheureux. Mais, à ce moment-là, les pertes en vies humaines n’étaient pas aussi nombreuses. Maintenant, la terre de Bouré est fatiguée, depuis plus d’un siècle on l’exploite, sa résistance est finie. En plus de cela, nos jeunes n’aiment plus travailler en groupe, ils viennent pour travailler en solo. Si ce jeune était avec d’autres personnes dans la mine, il aurait pu être sauvé, malheureusement il était tout seul, il faut que les jeunes acceptent de travailler en équipe », a dit le responsable local.

A noter qu’il a fallu 6 heures de recherches à la Croix-Rouge locale pour qu’elle puisse retrouver le corps de Mamady Bérété.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin