Elhadj Abdourahmane Koïn Baldé, préfet de Tougué

Dans la journée d’hier, mardi 8 mai 2018, le préfet de Tougué, Elhadj Abdourahmane Baldé a administré une gifle à un de ses secrétaires. C’est suite à une altercation que les faits se sont produits dans le bureau de la victime, rapporte Guineematin.com à travers un de ses correspondants basé dans la région.

Selon nos informations, le chef du secrétariat central, Ibrahima Sandakké Baldé, a demandé la permission au préfet d’aller à son village pour assister à une cérémonie. Il s’en suivra un échange houleux avant que le préfet ne sévisse. « La permission, c’était pour aller dans notre village à Sandakké, prendre part à une cérémonie religieuse. Mon frère, l’aîné de la famille, devait faire le couronnement du saint coran le mercredi 9 Mai 2018. Sur le champ, le préfet a juré par son père que je n’irai nulle part. Comme on n’était pas seul, le secrétaire général chargé de collectivités décentralisées a entendu notre altercation et m’a dit de me résigner et de revenir ce mardi travailler jusqu’à 10 heures et repartir demander la permission à nouveau, ce que j’ai accepté. Et ce mardi, comme prévu, je suis allé vers le préfet lui redemander la permission pour assister à cette cérémonie. Il a grondé directement sur moi tout en maintenant sa position car pour lui, cela n’est pas son problème. Chacun d’entre nous est parti dans son bureau. Comme si cela n’a pas atténué sa colère, il est venu me trouver dans mon bureau pour me donner une gifle », a expliqué le secrétaire.

Parlant de sa réaction après avoir été giflé, Ibrahima Sandakké Baldé affirme avoir informé le commandant de la gendarmerie de ce qui lui est arrivé, puis la société civile, le secrétaire général de ligue islamique ainsi que l’imam. Entre temps, ajoute-t-il, tous ceux-ci se sont transportés et sont venus lui demander pardon au nom du préfet qui aurait reconnu sa faute.

Interrogé sur le même incident, le préfet Elhadj Abdourahmane Baldé a nié les faits tout en banalisant. « A ce que je sache, il n’y a pas eu une altercation entre lui et moi, concernant la gifle dont on parle, que Dieu m’en garde », conclut le préfet de Tougué, qui dit avoir d’autres occupations à gérer.

Il faut noter que ce n’est pas la première fois que le préfet Elhadj Abdourahmane Baldé est accusé d’agression physique sur des cadres de la préfecture. En 2016, c’est à un autre enseignant qu’il avait administré une paire de gifle. Ce a été finalement muté de Tougué pour la préfecture de Labé.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinéematin.com

Facebook Comments

Guineematin