Les autorités de l’université Julius Nyerere de Kankan ont décidé d’évacuer les jeunes prestataires de services informatiques de la cour de l’université. Ils accusent ces prestataires de falsifier des documents administratifs légaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Ils étaient près d’une centaine de prestataires de services informatiques, en majorité des diplômés sans emploi, qui travaillaient dans la cour de l’université Julius Nyerere de Kankan. Tous sont sommés de quitter les lieux par les autorités de l’institution d’enseignement supérieur, qui les accusent de falsifier des documents administratifs légaux.

« Ces prestataires pas tous, se sont avisés à falsifier des documents administratifs légaux notamment des actes de naissances des gens, qu’ils vendaient expressément aux étudiants pour permettre à ceux-ci de s’inscrire, c’est ce qui malheureusement a été décelé par les autorités judiciaires de la place. Et pour qu’un jour l’université ne se sente pas incriminée dans cette situation, c’est ce qui nous a poussé à dégager complètement la cour de l’université de ces prestataires », a expliqué au micro de Guineematin.com, Ansoumane Traoré secrétaire général de l’université de Kankan.

Mais, le secrétaire général précise que ce n’est pas la seule raison qui motive cette décision. Il y a aussi selon lui, le souci de libérer l’espace pour permettre aux étudiants de se mouvoir sur le campus : « Depuis un certain temps, le nombre d’étudiants que l’université de Kankan reçoit est devenu si important que la cour étant étroite, le mouvement est devenu difficile. Donc c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous avons demandé à ces prestataires de trouver maintenant un autre coin pour faire leur prestation », ajoute -t-il.

Du côté des prestataires de services concernés, ces arguments peinent à convaincre. « Ils ont dit qu’il y a eu falsification de documents légaux de la part de certains prestataires, c’est très simple, qu’ils portent plainte contre l’intéressé. La justice est là pour ça et qu’ils nous laissent exercer notre travail ici. Ils ont dit que nous empêchons également la circulation des usagers sur le campus, mais nous travaillons avec des étudiants à qui nous payons 20 000 francs par jour. Donc, s’ils nous chassent ici, c’est plus de 100 jeunes qui irons au chômage», a réagi Souleymane II Sow, prestataire de services sur le campus universitaire, qui souligne qu’il y a un contrat qui lie les autorités de l’université aux prestataires de services informatiques. Chaque prestataire paye d’ailleurs un montant allant de 85 000 à 150 000 francs, a-t-il révélé.

Une information démentie par le secrétaire général de l’université Julius Nyerere de Kankan Ansoumane Traoré, qui assure qu’aucun contrat ne lie l’université à ces prestataires.

De Kankan, Abdoulaye Nkoya SYLLA pour Guineematin.com 

Facebook Comments

Guineematin