L’horizon commence à s’éclaircir à l’Université Hafia où une histoire de 40 millions de francs guinéens offerts par le Rectorat comme assistance sociale aux travailleurs semble être derrière cette crise qui mine, depuis quelques semaines, le bon fonctionnement de l’Union du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) au sein de cette institution d’enseignement supérieur public située à quelques 22 km au Sud du chef-lieu de la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le secrétaire administratif de cette structure syndicale, Fodé Camara accusé d’avoir des ambitions pour le poste de secrétaire général actuellement occupé par Mamadou Mouctar Bah a révélé à votre quotidien en ligne Guineematin.com une opacité dans la gestion d’un montant de 40 millions de francs offerts par le Rectorat à titre de contribution aux affaires sociales en faveur des enseignants chercheurs et autres travailleurs de l’Université, en raison de 10 millions par trimestre.

« Cette allocation a commencé depuis l’année dernière. Au total, nous avons reçu 4 subventions de 10 millions de francs guinéens pour un montant total de 40 millions. Chaque fois que le montant est versé dans le compte personnel de Mouctar Bah, ce dernier m’envoie le reçu de versement en ma qualité de secrétaire administratif pour enregistrement. Nous avions défini la clef de répartition du montant en fonction des différents cas sociaux. On avait prévu pour les cas de baptême, 250 mille ; mariage du travailleur, 250 mille, mariage de l’enfant du travailleur, 200 mille ; cas d’hospitalisation de plus de 3 jours y compris les femmes qui accouchent par césarienne, 500 mille ; le décès d’un travailleur, 1.500 mille ; hospitalisation du conjoint ou conjointe, 250 mille ; décès de l’épouse ou l’époux d’un travailleur, 750 mille ; hospitalisation de l’enfant d’un travailleur, 200 mille ; décès de l’enfant, 200 mille ; décès du père ou de la mère, 500 mille ; décès de l’un des beaux-parents, 200 mille », a-t-il indiqué, avant de préciser que son syndicat s’est inspiré du modèle de l’Université de Kankan.

Notre interlocuteur estime que sur les 40 millions déjà versés dans le compte Mamadou Mouctar Bah, 20 millions n’ont pas été dépensés dans les affaires sociales organisées par les travailleurs de l’Université Hafia.

« Depuis que cette crise a éclaté entre nous, il est le seul qui contrôle ce montant. J’ai constaté que puisque je suis toujours celui que les travailleurs informent en première position des cérémonies sociales programmées, il se montre toujours réticent en prétextant qu’il n’y a pas d’argent à donner et qu’il est le seul à répondre devant le Recteur. Or, il vient des fois m’informer qu’il a déjà donné des contributions aux travailleurs sans que moi l’administratif ne soit au courant pour enregistrer, comme il le faisait au départ » a-t-il ajouté.

Le secrétaire administratif, Fodé Camara semble être intrigué par le changement brusque de niveau de vie constaté chez son secrétaire général, Mouctar Bah.

« Il dit souvent que les pensent que c’est l’argent du Rectorat qu’il est en train d’utiliser. Il aime souvent dire qu’il gagne sa vie avec une Mutuelle de Santé au sein de laquelle il exerce les fonctions de comptable. Or, c’est à peine s’il a fait un an depuis qu’il a commencé à travailler avec cette mutuelle. C’est fort possible qu’il ait prélevé dans cette caisse pour financer le voyage des 3 délégués de Labé à Mamou » déplore-t-il.

Interrogé sur cette subvention, le Recteur de l’Université Hafia, Dr Mamadou Dian Gongoré Diallo, actuellement absent de Labé, a expliqué au téléphone de Guineematin.com que le montant dont il est question n’est pas destiné au syndicat. « Ils avaient voulu se bagarrer autour de ce montant. Je leur ai dit que nous ne sommes pas autorisés renflouer les caisses du Syndicat. Le syndicat vit de ses cotisations. Mais, le Rectorat ne peut pas ne pas intervenir pour les cas de baptêmes, mariages, maladies, etc. régulièrement enregistrés dans cette institution jeune. Moi, je n’ai pas le temps d’assister à toutes les affaires sociales. C’est pourquoi, j’ai donné ce montant par trimestre à titre de contributions du Rectorat pour les différents d’affaires sociales » a indiqué Dr Mamadou Dian Gongoré Diallo.

Dans l’esprit du Recteur de l’Université Hafia, son geste devait venir en appui aux cotisations des travailleurs syndicalistes et syndiqués pour les affaires sociales.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin