La rentrée universitaire 2018-2019 est marquée par des changements à l’Université Hafia de Labé où le vice-recteur chargé des études, Dr Ibrahima Camara a été limogé et remplacé par Dr. Togbana, pendant que le secrétaire général du SLECG, Ibrahima Soumaré a reçu un acte officiel l’affectant à Kankan et au moment où Youssouf DIALLO qui a récemment perdu son poste a été largué à N’Zérékoré, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Le bras de fer entre pouvoir et syndicalistes de l’éducation est loin de connaître son épilogue. Pour le moment chaque partie se montre radicale sur sa position et déterminée à aller jusqu’au bout de sa logique.

Avec la nouvelle rentrée universitaire, la foudre du pouvoir commence à s’abattre sur les responsables syndicaux du SLECG dans certaines Universités et Institutions d’enseignement supérieur de la République.

A l’Université Hafia de Labé, un décret présidentiel a limogé Dr Ibrahima Camara de son poste de vice-recteur chargé des études qui revient désormais à Dr Togbana choisi dans les effectifs de la même institution. Il semble que Dr Ibrahima Camara est accusé d’être le parrain invisible de l’antenne du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée à l’Université Hafia de Labé. C’est bien ce qui lui aurait coûté son poste.

Pendant que la cérémonie de passation de services entre Dr Ibrahima Camara et Dr Togbana se prépare, le secrétaire général de l’antenne du SLECG à l’Université Hafia de Labé reçoit un arrêté du ministre Abdoulaye Yéro Baldé l’affectant à Kankan. Il semble aussi que la mesure touche Youssouf DIALLO, un autre enseignant chercheur affilié au groupe du Camarade Aboubacar Soumah. L’intéressé dénonçait récemment dans les colonnes de Guineematin.com son limogeage par une décision du Recteur de l’Université de Labé, Dr Mamadou Dian Gongoré (voir : Université de Labé : un enseignant-chercheur dénonce son limogeage par le Recteur).

Comme ce dernier, le secrétaire général du SLECG de l’Université Hafia, le camarade Issa Soumaré accuse son Recteur d’être derrière tous ces actes officiels réprimant des cadres de son institution. « Il n’y a rien derrière ça. Ce sont les Recteurs, par exemple si vous prenez Labé ici, c’est Dr Mamadou Dian Gongoré et sa suite qui ont écrit contre nous pour des raisons syndicales parce que tout simplement nous sommes du SLECG et ils nous ont menacés par rapport à ça. Que si nous ne quittons pas le SLECG, ils feront tout pour nous détruire » a-t-il expliqué à la presse locale.

Issa Soumaré n’est pas le seul syndicaliste du SLECG concerné par cet arrêté du ministre Abdoulaye Yéro Baldé. « Je suis sur la même liste que le secrétaire général du SLECG de l’Institut Supérieur des Sciences de l’Education de Guinée (ISSEG) de Lambanyi qui a été aussi muté à Kankan au même titre que moi » a-t-il ajouté avec beaucoup d’assurance.

Les victimes ne veulent pas se laisser faire : « nous ferons recours à toutes les lois pour défendre nos droits. Nous n’allons pas rester comme ça. Le bureau exécutif national est déjà averti » a-t-il prévenu.

En attendant, le camarade Issa Soumaré invite les enseignants chercheurs de Labé à poursuivre leur mouvement de grève en ne se laissant pas intimider par ces actes des autorités de l’enseignement supérieur.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

Facebook Comments

Guineematin