Après 20 jours de perturbation du système éducatif guinéen, plusieurs manifestations ayant occasionné trois morts (dont un ivoirien), le viol d’une fille, plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels, Aboubacar Soumah a annoncé la « suspension de la grève pour deux mois à la demande des leaders religieux ». Il a alors demandé une reprise normale des cours sur toute l’étendue du territoire national à partir du lundi prochain, 11 décembre 2017, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui assiste à la rencontre des leaders syndicaux avec leur base, au siège du SLEEG, à Donka.

Contrairement aux autres grèves « acceptées » par le pouvoir, il n’y a aucun accord signé pour en venir à cette suspension ; mais, des négociations avec le président Alpha Condé via les leaders religieux.

Combattu dans son propre camp et banalisé par le pouvoir, le Secrétaire général adjoint du SLEECG (Syndicat Libre des Enseignants de Guinée) et leader de la grève qui paralyse le système éducatif guinéen depuis le 13 novembre dernier a pourtant été fortement applaudi à son arrivée par les enseignants.

A suivre !

Facebook Comments