Comme annoncé hier sur Guineematin.com par monsieur Mamadou Mansaré, le secrétaire général adjoint de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG), plusieurs syndicalistes sont venus dans la matinée de ce vendredi, 17 août 2018, pour participer à la « marche de la colère contre le bradage du port autonome de Conakry » par les autorités guinéennes actuelles à une société turque.

Seulement, les autorités sécurités ont, elles aussi, mobilisé plusieurs dizaines d’agents pour empêcher cette marche. Ayant quadrillé très tôt les accès de la Bourse du travail, le lieu du regroupement et de départ de la marche, ces agents ont finalement été surpris par une meute de syndicalistes qui sont subitement sortis des différents quartiers pour commencer la marche…

Dans la foulée, les agents de la sécurité ont fait ce qu’ils savent le mieux faire ces derniers temps dans la bouillante capitale guinéenne : distiller du gaz lacrymogène qui a finalement contraint responsables et militants du syndicat à se faufiler pour s’abriter ! La marche qui commençait à peine s’est donc estompée subitement et les syndicalistes dispersés en toussant pour ceux qui ont inhalé ce gaz qui est particulièrement pimenté et que le reporter de Guineematin.com vient lui-même de goûter en voulant mieux vous informer…

On apprend qu’il y a eu au moins deux personnes qui ont été violentée lors de ce mouvement : un syndicaliste et un journaliste !

A suivre !

Alpha Mamadou Diallo est à la Bourse du Travail pour Guineematin.com


Facebook Comments

Guineematin