Boubacar Diallo, dit Grenade

L’affaire Boubacar Diallo, alias grenade, revient au devant de la scène. Ce militant de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée), mis aux arrêts et présenté le 15 mars dernier aux médias, est toujours détenu à la prison civile de Kindia. Ses avocats font des pieds et des mains pour obtenir sa mise en liberté depuis l’annulation de la procédure par la chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Conakry en fin mars, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Boubacar Diallo, alias grenade, est toujours détenu à la prison civile de Kindia. Le collectif des avocats de la défense dans ce dossier, continue ses démarches pour obtenir la libération du jeune homme, présenté comme dangereux pour la justice.

Selon nos informations, les avocats avaient introduit un référé au tribunal de première instance de Dixinn pour obtenir la mise en liberté de Boubacar Diallo, conformément à l’article 1er du Code de Procédure pénale. Prévu pour ce jeudi 12 juillet 2018 à 14 heures, le référé a finalement été reporté à la semaine prochaine pour cause de séminaire des magistrats, apprend-on. Cela veut dire que les avocats de la défense seront en face du procureur général en présence du président (ou la présidente) du tribunal de Dixinn. Les parties auront à échanger sur ce qui empêche la mise en liberté provisoire de Boubacar Diallo, alias grenade, dès lors que toute la procédure le concernant a été annulée par la chambre d’accusation de la Cour d’Appel de Conakry.

Désormais, les yeux sont tournés vers le tribunal de Dixinn qui aura à statuer sur la mise en liberté de Boubacar Diallo.

Pour rappel, c’est le 15 mars 2018 que le procureur de la République près le tribunal de Dixinn, Sidy Souleymane N’Diaye, a présenté des photos de Boubacar Diallo, alias grenade, avec de armes de guerre et posant avec certains responsables de l’UFDG. Le Parquet de Dixinn l’a présenté comme étant quelqu’un qui détiendrait des armes de guerre dont il se serait servi pour tirer sur des civils et des agents des forces de l’ordre lors des manifestations politiques de l’opposition à Conakry.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin