La grève lancée par l’inter centrale CNTG/USTG s’est poursuivie ce jeudi, 5 juillet 2018. La route Le Prince a été sérieusement perturbée, notamment sur le tronçon Bambéto-Hamdallaye, dans la commune de Ratoma, où des jeunes ont érigé des barricades, a constaté un reporter que Guineematin.com a placé sur cet axe.

Pour contraindre l’Etat à revenir sur sa décision d’augmenter de 25 % le prix du litre du carburant à la pompe, l’inter centrale CNTG /USTG a lancé une grève de trois jours depuis hier mercredi. Cette grève a été largement suivie sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa.

Si pendant la matinée, la circulation était timide entre Bambéto et Hamdallaye, dans l’après midi, c’est un autre visage que le tronçon a offert. Des jeunes ont dressé des barricades pendant des heures au carrefour Concasseur. Ils empêchent systématiquement les motards et les automobilistes d’emprunter le chemin vers Bambéto.

Quelques temps après, les jeunes se font pourchasser par des policiers et des gendarmes. La circulation est coupée, alors que boutiques et magasins sont restés fermés.

Non loin de là, un vieux conducteur de taxi, qui a refusé de suivre le mot d’ordre de grève, se fait prendre par ses pairs. Les clés de son véhicule sont confisquées pour le rappeler à l’ordre.

Sur le tronçon carrefour Concasseur-Gbessia, des jeunes manifestants érigent également des barricades, empêchant toute circulation. Mais, à chaque fois, policiers et gendarmes les pourchassent pour tenter de ramener l’ordre sur la route. Le jeu du chat et de la souris s’est poursuivi pour une bonne partie de l’après-midi.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin