administrateur des programmes UNFPA à  Labé, Dr Ibrahima SOW,L’administrateur des programmes UNFPA à  Labé, Dr Ibrahima SOW, a demandé le lundi 15 décembre dernier aux autorités sanitaires de la région d’approfondir les analyses en vue d’élaborer un plan opérationnel de riposte local contre les décès maternels et néo-natals, a constaté sur place le correspondant de Guineematin.com qui a assisté à la rencontre avec ce partenaire du ministère guinéen de la santé.

Cette recommandation fait suite aux revues des décès maternels et néo-natals ( financées par l’UNFPA) dans les différents districts sanitaires de la région qui mettent beaucoup l’accent sur l’enclavement des collectivités et la pauvreté des communautés comme causes fondamentales des cas de mortalité enregistrés.

Pour Dr Ibrahima SOW, il s’agit là d’une analyse superficielle de la part des comités préfectoraux de revues : « Comme vous l’avez vu dans les documents de la revue, je voudrais qu’on avance dans l’approfondissement des analyses, parce que, si nous mettons tout sur les retards aux niveaux communautaires ou l’enclavement, je ne sais pas actuellement quelle va être l’action pertinente qu’on pourrait prendre pour lutter contre la mortalité maternelle. »

L’administrateur des programmes UNFPA à Labé demande alors aux autorités sanitaires de la région d’adapter leur stratégie de riposte aux réalités du terrain: « la réduction de la mortalité maternelle et néo-natale passe par l’anticipation. C’est en amont qu’on empêche la survenue des complications. Ce n’est pas à notre porté pour le moment de faire des routes en vue de désenclaver les communautés. Mais, nous comités nous pouvons agir sur des aspects comme des leviers. C’est le cas de la formation du personnel y compris les chefs des postes de santé pour que ces prestataires puissent maîtriser les techniques d’une consultation prénatale focalisée. On peut agir aussi sur le suivi du remplissage des plans d’accouchement. Ce sont ces actions qui sont à notre porté, à la porté des Directions préfectorales et régionale de la santé, à la porté de l’UNFPA et du ministère de la santé. »

Ces propos du partenaire montre à suffisance que recommander l’ouverture d’une route dans un plan de riposte contre les décès maternels et néo- natals n’apporte aucune solution opérationnelle.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Téléphone:(00224) 660 11 35 15

Facebook Comments