L’accord politique d’hier soir, mercredi 08 août 2018, continue de susciter des réactions de la part des différents acteurs politiques, sociaux et économiques de la République de Guinée. Au-delà de l’apaisement qu’il apporte dans le pays (qui sortira ainsi de cette longue crise post-électorale) permettant ainsi de relancer les activités dans les différents secteurs, il y a des avantages clairs au bénéfice de ceux qui avaient des revendications, mais aussi au bénéfice d’autres concitoyens.

C’est le cas des différents conseillers municipaux qui seront bientôt installés dans les 342 mairies des communes urbaines et rurales du pays. Pour leur part, les prisonniers politiques qui s’attendent à être libérés vont évidemment se frotter les mains, de même que les victimes économiques des différentes manifestations politiques qui vont se faire indemniser ou plus exactement qui bénéficieront d’une « assistance de l’Etat », selon les termes utilisés dans cet accord de sortie de crise.

Chérif Mohamed Abdallah, président du GOHA

Au four et aux moulins depuis des années pour réclamer l’indemnisation des victimes économiques, monsieur Chérif Mohamed Abdallah, le président du GOHA (Groupe Organisé des Hommes d’Affaires) trouve cet accord plutôt bénéfique pour les opérateurs économiques victimes. Il encourage donc les commerçants à adhérer pleinement à cet accord.

Le président du GOHA dit connaître le Premier ministre, Dr. Ibrahima Kassory Fofana et pense que ce dernier respectera sa promesse. « Nous savons que le Premier ministre est un homme de parole. C’est un homme d’honneur qui respectera la parole donnée. Je suis confiant et j’attends très bientôt la concrétisation de cet engagement », a-t-il dit au téléphone de Guineematin.

A en croire cet opérateur économique, le Premier ministre est un homme d’Etat conscient du rôle et surtout de l’apport des opérateurs économiques dans l’économie d’un pays. « Il pèsera de tout son poids pour diligenter le cas des opérateurs économiques. Vous savez que cela va relancer les activités économiques et c’est important à la fois pour nous et pour le Gouvernement que les activités économiques reprennent et se développent dans notre pays », a ajouté Chérif Mohamed Abdallah, visiblement très satisfait de cette sortie de crise en Guinée.

A rappeler que le Gouvernementale a rassuré hier que cette assistance aux victimes économiques des manifestations politiques est déjà inscrite dans la loi des Finances 2018. Et, toutes les parties se sont alors engagées à faire diligenter cette assistance aux victimes.

Entretien réalisé au téléphone par Nouhou Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin