Comme nous l’annoncions mardi dernier, de violents affrontements ont eu lieu dans la soirée du lundi, 16 avril 2018 dans la préfecture de Mandiana. Ils ont opposé des habitants des villages Koundianakoro et Kinienkoura, relevant de la sous-préfecture de Balandougouba, autour du contrôle d’un site minier. L’un des deux blessés par balles admis à l’hôpital régional de Kankan, a accepté de témoigner au micro du correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Kouloumba Keïta, blessé à l’épaule et au niveau de la tête, et Yaya Keïta, blessé à la jambe, sont ceux qui ont le plus fait les frais des affrontements survenus lundi soir dans la sous-préfecture Balandougouba à Mandiana. Les deux hommes, venant tous du village de Koundianakoro, ont été aussitôt admis aux urgences de l’hôpital régional de Kankan où ils séjournent actuellement. C’est là que le correspondant de Guineematin.com a rencontré Yaya Keita dont l’état s’est stabilisé, qui a accepté de revenir sur ces affrontements.

Selon lui, cela fait plusieurs années que les deux villages se disputent la paternité de la zone aurifère sur laquelle les affrontements ont eu lieu : « Ça fait longtemps qu’on se dispute autour de cette zone aurifère, le lundi dernier, quand nous sommes allés sur les lieux, nous avons trouvé quelqu’un sur la zone, nous lui avons demandé de quitter parce que c’est le terrain de nos grands-parents, il est allé informer les siens, quand ils sont venus on s’est chaudement disputé », a-t-il expliqué.

Notre interlocuteur ajoute que les hommes qui venaient du district de Kinienkoura sont partis pour ensuite revenir les agresser : « Quand ils sont partis, ils sont revenus en grand nombre, et ils ont commencé à lancer des cailloux, comme ils ont vu que nous ne réagissions pas, ils ont commencé à tirer à balles réelles, ils ont blessé deux d’entre nous », a-t-il dit.

D’après nos informations, les victimes avaient été transportées dans un premier temps à l’hôpital préfectoral de Mandiana, mais faute de radiologie, elles ont été évacuées d’urgence à l’hôpital régional de Kankan le mardi, 17 avril 2018.

Il faut signaler que les conflits domaniaux autour des zones minières sont récurrents dans la région administrative de Kankan en général et dans la préfecture de Mandiana en particulier.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin