Renforcer les capacités des membres de la COPAGEN Guinée, la coalition pour la protection du patrimoine génétique africain et d’autres acteurs affiliés en vue de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique, tel est l’objectif de cet atelier de 2 jours qui a démarré ce mercredi à Conakry.

Une cinquantaine de participants venus des départements techniques comme l’agriculture, l’environnement, de la société civile mais aussi du milieu de la recherche prennent part à la rencontre.

Il s’agit également pour les initiateurs, de discuter des voies et moyens de protéger la production agricole et la politique semencière en Afrique notamment en Guinée. En clair, dira Macky BAH Coordinateur de ACORD Guinée et point focal de la COPAGEN, de renforcer les capacités de ces acteurs sur ces questions de « survie », du rôle et la place de la recherche par rapport à la politique semencière en Guinée et les relations avec les organisations paysannes à travers les projets et programmes élaborés.

Il a par ailleurs, rappelé les missions de la coalition qui sont entre autres la gestion durable des ressources naturelles et la protection de la biodiversité.

Poursuivant, l’agro écologie et les semences paysannes africaines ont été longuement présentées par Mamadou GOITA de la COPAGEN Mali. Il a dans son intervention, décortiqué les avantages de l’agro écologie qui est « un mode de vie » qui vise à valoriser la production paysanne dans le but de réduire les coûts et de maximiser les résultats pour l’agriculteur.

Un autre avantage de cette pratique, est de lutter contre les changements climatiques contrairement à l’agriculture industrielle à grands moyens, l’agriculture extensive. L’agro foresterie, un système paysan qui est la solution pour l’Afrique insistera le très engagé Mamadou GOITA.

A la fin des travaux, il est attendu que les participants soient mieux identifiés sur les enjeux et défis de la politique semencière en Afrique et en Guinée, afin qu’ils s’engagent davantage dans la promotion et la valorisation de ces questions à travers un plan d’action de la COPAGEN pour l’année 2019.

Idiatou Camara pour Guineematin.com et radio environnement Guinée

Facebook Comments

Guineematin