AkonL’artiste américain d’origine sénégalaise, Aliou Badara Thiam, Akon, est arrivé à Conakry la nuit du vendredi à ce samedi 25 octobre 2014, a appris Guineematin.com. Selon nos informations, c’est une structure proche de la présidence guinéenne qui a invité Akon dans notre pays.

Mais, à peine arrivé, la présence de la star américaine provoque des polémiques en ces temps d’Ebola, surtout que la Guinée est actuellement soumise à une déclaration d’urgence sanitaire qui interdit tout regroupement.

On se rappelle que récemment, la structure Benedirecord était loin dans ses préparatifs pour l’organisation d’une manifestation culturelle visant à récolter des fonds qui devraient être utilisés à la lutte contre Ebola. Mais, la veille, l’évènement a été interdit. La cause ? Ebola et surtout l’application de la déclaration présidentielle d’urgence sanitaire. Ainsi, les mêmes raisons ont empêché les concerts pour les jeunes de Conakry à l’occasion de la fête de la Tabaski.

Jeudi dernier, c’est avec les mêmes motifs que la manifestation des jeunes de Labé contre la présence de Samba Camara à la tête du CECOJE a été interdite et violement réprimée ; alors qu’Ebola n’a jamais foutu son pied dans cette préfecture dont les autorités ont pourtant tenu à faire appliquer la déclaration d’urgence sanitaire du président de la République.

Seulement, on se rappelle que cette déclaration d’urgence sanitaire n’a pas empêché les mobilisations populaires suscitées et soutenues par les autorités de Mamou, Dalaba, Pita et même de Labé, d’où sont partis certains fieffés d’Alpha Condé pour remplir le stade de Pita avant l’arrivée du président…

Et, si le tour populaire de la star Akon est effectif à Conakry, certains pensent que cela confirmera tout simple une règle non écrite de la gouvernance Alpha Condé : deux poids deux mesures ! Si vous applaudissez le chef, alors vous êtes un bon citoyen, donc libre de faire ce que vous voulez comme vous le voulez ; sinon, on vous oppose des lois, des décrets, la justice, la prison, etc. Pourtant, dans les écoles, on nous apprenait que la loi doit être générale et impersonnelle…

Bref, pendant que les autorités guinéennes continuent de banaliser cette grave maladie à Ebola, dans les pays voisins et lointains on continue de stigmatiser nos compatriotes et tous ceux qui viennent chez nous, considérés comme Ebolatés ! Avec l’exportation de la maladie à partir de la Guinée, cela ne peut qu’accentuer ces comportements, malgré les sensibilisations des autorités concernées comme au Mali voisin qui était, il faut le rappeler, le seul à n’avoir jamais fermé ses frontières à la Guinée…

Nouhou Baldé

Facebook Comments