DakarC’est un citoyen guinéen très remonté qui a joint Guineematin.com au téléphone, dans l’après-midi de ce mardi 27 septembre 2016. Notre compatriote, Amadou Oury Diallo jouit de la nationalité Néerlandaise, pays où il réside depuis de nombreuses années. Après avoir transité par la Belgique, monsieur Diallo est à Dakar depuis quelques jours où il cherche jusque là sans succès à obtenir un visa pour entrer en Guinée.

Notre interlocuteur commence par exprimer sa frustration face au retard accusé dans la recherche de ce visa : « vraiment ce n’est pas facile pour nous. Je voulais me rendre en Guinée pour rendre visite à mes parents. On a eu un décès et je voulais aller présenter les condoléances. Quand je suis arrivé en Belgique je voulais chercher le visa là-bas, mais j’ai appelé l’ambassade de Guinée au Sénégal. On ma dit que je pouvais facilement  obtenir de visa pour la Guinée, qui est mon pays d’origine après tout. Je suis parti a Pays Bas je n’avais que 14 ans avec ma carte d’identité nationale. Mais, il faut savoir que désormais j’ai un passeport néerlandais », précise Amadou Oury Diallo.

Beau Keita, ambassadeur de Guinée au Sénégal

Beau Keita, ambassadeur de Guinée au Sénégal

Poursuivant, notre interlocuteur ajoute que cela fait trois jours qu’il court derrière ce visa mais en vain. «  C’est le 3ème jour que je fais la navette ici à l’ambassade de la Guinée à Dakar. Ils m’ont demandé quelque chose de 70 000 Francs CFA, ce qui est trop puisque si c’est en Belgique on fait payer 50 000 francs CFA. Mais tout ça n’est pas un problème. Ce qui fait le plus mal, c’est le retard que tu accuses pendant que tu as des obligations. Moi je suis logé à l’hôtel où il faut payer alors que mon séjour ne fait que s’allonger ici à Dakar », regrette Amadou Oury Diallo.

A la question de savoir qu’est-ce qui explique le retard dans la livraison de ce visa, monsieur Diallo dit ne pas en savoir trop. « La dame qui traite mon dossier veut peut être que je paye plus. Si non, j’ai payé tous les frais liés à l’obtention du visa. Je suis venu avant-hier on m’a fait attendre jusqu’à 16 heures et ils ont fermé. Hier encore, on m’a dit de m’asseoir et d’attendre. Et le même scenario s’est répété. Aujourd’hui mardi je suis là encore. J’avais déjà cherché un billet d’avion pour Conakry mais les choses évoluent très lentement. C’est vraiment regrettable que de telles choses arrivent. Je ne vois pas de raison de retarder les gens à ce point », se désole monsieur Diallo, qui a confié avoir hâte de retrouver son pays après de longues années d’absence.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guinematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin