Pour combattre les aménagements clandestins constatés dans la préfecture de Kindia ces derniers temps, la direction préfectorale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction est entrain de prendre les dispositions contre ce phénomène qui a atteint un niveau inquiétant. Devant cet état de fait, les responsables de l’urbanisme comptent prendre le taureau par les cornes, rapporte le correspondant de Guinéematin.com basé dans la localité.

L’aménagement clandestin est devenu une convoitise chez les coutumiers dans la plupart des localités à Kindia. Ces coutumiers se permettent de faire ces aménagements en lieu et place de l’habitat, en violation du code foncier. Ils collaborent souvent avec des personnes qualifiées d’aménageurs. Ces derniers viennent de Coyah et de Conakry et font des aménagements sans aucune autorisation des autorités.

Face à ce phénomène de plus en plus grandissant, Kalil Touré, le directeur préfectoral de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction à Kindia rappelle que c’est un travail qui obéit à tout un processus. « On ne peut pas décider de soi-même pour dire je suis propriétaire d’un terrain, je décide de l’aménagement sans connaitre les paramètres qui entrent en jeux. Etre propriétaire ne veut pas dire être aménageur, être urbaniste. Cette technique revient à l’Etat qui a lieu de porter aux citoyens à travers les élus locaux pour un accompagnement conséquent », a-t-il dit.

Selon le directeur, les chefs de secteurs doivent veiller à l’application des règles sur le code foncier. « Nous avons arraisonné un bulldozer tout dernièrement à Barenfory, situé à 7 km de la ville de Kindia qui faisait de façon clandestine l’aménagement. Donc, il faut que les élus locaux nous accompagnent dans ce combat pour mettre terme à ce phénomène qui est entrain d’envahir Kindia », a lancé monsieur Touré.

A rappeler que les dispositions sont entrain d’être prises pour freiner cette pratique et éventuellement sanctionner ceux qui vont se livrer à cette pratique.

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Tél. : 623 78 43 73