Après les jeunes de la ville de Boké (qui manifestent depuis hier), ce sont ceux de la sous-préfecture de Kolaboui qui sont descendus dans la rue cet après-midi pour protester contre le manque d’électricité dans leur zone, « occupée » par d’importantes sociétés minières qui « pompent » leurs ressources.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, c’est aux alentours de 16 heures 30, ce mardi, 12 septembre 2017, que les jeunes de Kolaboui- « qui échangeaient continuellement au téléphone avec ceux de Boké »- ont barricadé les entrées et sorties de la sous-préfecture. Leur revendication est la même que ceux de la commune urbaine de Boké : la fourniture d’électricité.

A en croire nos sources, il n’y a actuellement pas de passage pour ceux qui viennent de Conakry, ni pour ceux qui quittent Boké ou Kamsar pour la capitale guinéenne. Autres victimes collatérales de cet énervement des jeunes de Kolaboui contre les dirigeants de Guinée, ce sont les passagers en provenance ou à destination de Gaoual, Koundara ou même des pays voisins comme la Guinée Bissau, la Gambie et le Sénégal, via Boké.

Joint au téléphone dans la soirée de ce mardi par le correspondant de Guineematin.com à Boké, le sous-préfet de Kolaboui dit avoir dépêché des émissaires sur le terrain pour essayer de calmer les manifestants et surtout leur demander de ne rien casser…

« Les populations de Boké et celles de Kolaboui ont les mêmes problèmes : la desserte en courant électrique ; et, elles communiquent ! C’est pourquoi, ce soir, dans les environs de 16 heures 30, les jeunes sont sortis barrer la route. Mais, j’ai envoyé des émissaires pour les sensibiliser à ne pas s’attaquer aux biens publics et privés », a dit monsieur Youssouf Mané, sous-préfet de Kolaboui.

A rappeler que la sous-préfecture de Koaboui abrite notamment le Port de Dompilon, utilisé par la société minière de Boké, la SMB.

Le correspondant de Guineematin.com à Boké reviendra largement sur cette autre manifestation qui perturbe la vie sociale et économique de Boké

Commentaires