Une autorité communale a annoncé, mercredi soir, que la délégation spéciale de la commune urbaine de Labé est désormais déterminée à sévir contre les bouchers qui vendent le kilogramme de viande à plus de 30 mille francs guinéens dans les 28 quartiers de la municipalité, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

S’exprimant, à travers la radio Espace Foutah, sur l’augmentation du prix de la viande à la boucherie de Labé, qui fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la ville, Mamadou Aliou Sampiring DIALLO, membre de la délégation spéciale de la commune urbaine a rassuré que les autorités communales ont reçu dans la matinée d’hier mercredi, 23 mai 2018, au siège de la mairie, les responsables de la coopérative des bouchers pour trancher sur la question.

Aliou Sampiring DIALLO

« Il a été arrêté par la délégation spéciale de Labé qu’à partir de ce mercredi, 23 mai 2018, le kilo de viande sera vendu à 30 mille francs guinéens dans tous les 28 quartiers de la commune urbaine. Nous avons demandé aux bouchers qui ne peuvent pas vendre à ce prix de fermer. La boucherie ne sera ouverte qu’à ceux qui peuvent vendre le kilogramme de viande à 30 mille francs guinéens. Des dispositions ont été prises contre ceux qui tenteront de passer outre cette décision de la délégation spéciale. Et tout boucher qui sera pris dans un flagrant délit sera poursuivit par la commune urbaine », a prévenu le délégué communal spécial.

Au cours de la rencontre avec les autorités communales, les responsables de la coopérative des bouchers ont exposé les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

« Pendant la saison sèche, il n’y a pas de bœufs, parce que nous n’avons pas de parc. Les bouchers ont profité pour vendre à 35 mille francs guinéens pour diminuer les pertes. Un animal acheté à 3 millions et revendu en raison de 30 mille le kilogramme ne donne que 2 millions. Ce qui fait une perte enregistrée d’1 million de francs guinéens. Quand nous revendons le même animal en raison de 35 millions francs guinéens, nous nous retrouvons avec 2.500 mille francs guinéens soit une perte de 500 mille francs guinéens » a expliqué le chargé des conflits et négociations de la coopérative des bouchers de Labé, Boubacar Kanté.

Ce sont ces arguments qui n’ont pas tenu la route devant la délégation spéciale de la commune urbaine de Labé. Car, il est difficile de croire qu’un boucher est capable d’accepter de perdre 500 mille francs guinéens par animal, comme a voulu le faire croire le sieur Boubacar Kanté.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin