Dans l’après midi de ce mardi, 26 septembre 2017, un camion Renault, immatriculé RC 3741 F, chargé de briques a écrasé plusieurs véhicules dont celui de notre confrère, Abdourahmane Diallo, Rédacteur en chef de la RTG-Boulbinet et Correspondant de West Africa Democracy Radio (WADR), rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est arrivé à Bambéto, peu après l’accident.

Visiblement très affecté, notre confrère a expliqué comment il a vu le camion foncer vers lui : « Je venais de l’aéroport. Je suis venu jusqu’au niveau du rond point où il y avait les policiers qui régularisent la circulation. Le policier a demandé qu’on cède le passage à ceux qui viennent de Cosa. Une minute après, j’ai vu un camion chargé de briques en ciment, qui déboulait du côté de Cosa. Apparemment, le chauffeur n’avait plus le contrôle du camion. Mon véhicule étant en première position, il est venu l’écraser. J’ai eu la vie sauve grâce à Dieu parce que je n’ai même pas pu sauter, tellement que j’étais surpris », a expliqué Abdourahmane Diallo.

Mais, ce qui a surtout surpris le rédacteur en chef de la RTG-Boulbinet, c’est la vitesse et la charge de ce camion ! « Il filait ! En plus, il y a le poids de la charge », a-t-il ajouté, précisant que son véhicule n’a pas été le seul atteint. Il y a aussi une Rav4, deux autres véhicules et une moto. « Le motard a eu la chance parce qu’il a sauté sur mon véhicule et a abandonné sa moto qui a été complètement écrasée », a précise le correspondant de West Africa Democracy Radio en Guinée.

Egalement interrogé sur le lieu de l’accident, l’officier de police en charge du constat a préféré rendre compte d’abord à sa hiérarchie avant toute communication. Déjà, il a parlé devant les journalistes de 5 voitures endommagées plus une moto.

Pour sa part, Souleymane Mané, propriétaire de la moto écrasée par le camion a décrit les circonstances dans lesquelles il s’est retrouvé sur les lieux et comment il a eu la vie sauve. « Je suis venu à Bambéto pour réceptionner ma maman qui venait de Kindia afin de la déposer à Ignace Deen. Nous avons eu un décès et le corps doit être rapatrié au village ce soir. Elle m’a appelé pour dire qu’elle était au niveau de la mosquée de Koloma. Nous étions arrêtés de l’autre côté du rond point pour que les véhicules en provenance de Cosa puissent passer. J’ai vu le camion descendre et la manière dont il venait, j’ai su qu’il n’avait pas de freins. C’est ainsi que j’ai essayé de me retourner par derrière ; mais, il y avait une voiture qui me bloquait. J’ai voulu encore me faufiler entre les rangers, tout était bloqué et le camion fonçait de plus en plus vers moi. J’ai abandonné la moto pour m’enfuir et elle a été complètement endommagée par le camion ».

De son côté, le premier responsable du syndicat des transporteurs de Bambéto, « le Général » Yaya Baldé a d’abord remercié Dieu qu’il n’y ait pas eu de perte en vie humaine, avant d’explique : « c’est un camion remorque, chargé de briques depuis Manéah, dans la préfecture de Coyah à destination du Port, qui a perdu ses freins au niveau de la colline de Koloma. Le chauffeur s’est très bien battu et n’a touché que des véhicules et un motard », a dit le syndicaliste.

Selon lui, le chauffeur du camion est actuellement dans les mains de la police routière. « Il n’a pas fuit et tout le monde a vu qu’il s’est battu pour maîtriser le camion. Puisque ce sont les freins qui ont lâché, il ne pouvait rien », a ajouté le syndicaliste.

Enfin, « Général Yaya » Baldé demande aux chauffeurs d’être prudents. « Les pannes techniques peuvent venir à tout moment, même avec les véhicules sortis d’usine. Mais, les chauffeurs doivent être prudents et courageux ».

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41