Quatre mois après le dernier soulèvement populaire à Boké pour réclamer le courant électrique, l’eau et l’emploi, voilà de nouveau les jeunes de Kakandé dans la rue… Aux environs de 20 heures, ce lundi, 11 septembre 2017, plusieurs jeunes sont sorties dans la rue en érigeant des barrages, brûlant des pneus et empêchant toute circulation routière pour manifester leur ras-le-bol contre le manque d’électricité, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Boké.

Depuis une dizaine de jours maintenant, la population de Boké est confrontée à une fourniture rotatoire du courant électrique, suite à la panne d’un des groupes électrogènes de la centrale de Koulifanya. Répartis en trois groupes, les quartiers reçoivent le courant un jour sur trois. C’est à dire deux fois par semaine pour chaque entité, de 18H 30 à 6H du matin, tandis que depuis quelques mois, les gens étaient habitués à avoir le courant au même moment pour la même durée.

Ainsi, ce dimanche, 10 septembre 2017 que l’alerte a été faite par les jeunes du quartier Dembaya qui étaient sortis barricader la route aux environs de 23 heures, pour selon eux, soutenir un motard qui a été percuté par un camion d’une société sous-traitante qui assure le transport de la bauxite de GAC (Global Alumina Corporation).
« Sachant qu’il a heurté un motard, le chauffeur du camion ne s’est pas arrêté et l’a laissé trainer avec ses blessures.

C’est ce comportement qui a irrité notre colère », a lancé un jeune manifestant. Ces jeunes ont alors caillassé un véhicule de GAC et ont bloqué la circulation pendant des heures ; mais, ce mouvement avait été dissuadé dans la nuit après plusieurs interventions.

Seulement, dans la soirée de ce lundi 11 septembre, aux environs de 20 heures, les jeunes de Dembaya sont revenus remettre en place les barrages sur les artères de la route menant vers la ville. Et, comme lors de la manifestation du mois d’avril dernier, les autres quartiers de la ville ont vite emboîtés le pas en barrant à leur tour la route avec des blocs de pierres et des morceaux de bois. Les commerçants apprenant les échos, ont précipitamment fermé leurs boutiques pour regagner leurs domiciles dans la frayeur.

Aux environs de 22 heures 30 min, on pouvait compter des dizaines de barrages entre la gare routière de 400 bâtiments (à l’entrée de la ville) et Baralandé (vers la sortie). Depuis, la circulation est totalement bloquée et des pneus ont été brûlés à des endroits. Mais, pour le moment, des dégâts matériels ou de blessés n’ont pas été signalés et les forces de l’ordre n’ont pas fait leur apparition sur le terrain.

Cependant, le Directeur régional de l’électricité de Guinée (EDG), Mohamed Lamine Fadiga est intervenu ce lundi même sur les antennes d’une radio de la place, sur le niveau de dépannage du groupe. Mais n’ayant pas précisé la date à laquelle la population peut s’attendre au retour normal de l’électricité, les abonnés se voient leurs espoirs prolongés.

A rappeler que dans la plateforme revendicative des populations de Boké lors de la dernière manifestation au mois d’avril 2017, figure en premier lieu la demande de fourniture électrique 24 heures sur 24. C’est donc après la fourniture d’électricité que les autres points ont été cités comme l’emploi local, la réalisation de la route de contournement, etc.

A suivre !

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Commentaires