Siné Magassouba, Coordinateur préfectoral du RPG et DPE de Boké

Depuis les dernières manifestations dans la commune urbaine de Boké au mois de septembre dernier, les populations de kakandé vivent dans une crise sociopolitique sans précédent. Au moment où les responsables locaux tentaient d’unifier les différentes structures des jeunes, divisées en plusieurs groupes, des graves accusations viennent d’être portées sur le Directeur préfectoral de l’éducation de Boké, Monsieur Siné Magassouba. Il est accusé d’avoir déposé au bureau politique national (BPN) du parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel (dont il est Coordinateur préfectoral à Boké), un rapport sur les récentes émeutes dans lequel il aurait incriminé une trentaine de fils résidents et ressortissants de kakandé, comme instigateurs des pillages enregistrés.

A en croire un enregistrement audio mis à la disposition de Guineematin.com, dans la soirée d’hier, dimanche 22 octobre 2017, plusieurs gros bonnets de Boké sont cités dans ce rapport. C’est le cas par exemple d’Elhadj Mamadou Sylla Futurelec de l’UDG, Alhousseiny Makanéra Kaké, Mamadou Bobo Denken Diallo, Général Mathurin Bangoura (Gouverneur de la ville de Conakry), Modibo Fofana (ex président de la délégation spéciale de la commune urbaine, ancien député du RPG), Bassekou Amirou Dramé (Directeur de la radio Espace Kakandé), Mamadou Chafaye Diallo (secrétaire fédéral de l’UFDG à Boké), John Coumbassa (contrôleur financier à la préfecture), le journaliste Amadou Camara, Hamidou Pendessa (président de la délégation communale de la jeunesse), pour ne citer que ceux-là.

Pour exprimer leur mécontentement, certains de ceux qui sont concernés par ladite liste, comptent organiser une manifestation pacifique dans la matinée de ce lundi 23 octobre 2017, à partir de 9 heures dans la ville de Boké pour, selon les indiscrétions, demander le départ de Monsieur Siné Magassouba, Directeur préfectoral de l’éducation (DPE) de Boké, a appris Guineematin.com d’une source locale.

Selon notre source, des t-shirts, banderoles et pancartes sur lesquels sont écrits des slogans hostiles au DPE Magassouba, sont confectionnés pour la circonstance. Et l’itinéraire prévu par les organisateurs de la manifestation est le suivant : après une mobilisation à la maison des jeunes, les marcheurs sortiront de la 110eme rue pour aller remonter vers le stade 1er mai en passant par le carrefour Boubouya, de là, ils se dirigeront vers le carrefour Dibia près de l’escadron mobile de la gendarmerie et enfin redescendre à la préfecture, où les organisateurs de la marche auraient un mémorandum à lire devant les autorités administratives.

Joint au téléphone par le correspondant de Guineematin.com à Boké, Monsieur Siné Magassouba visé par ces manifestants, a nié les faits pour lesquels il est accusé et affirme même être victime d’un coup préparé par des politiciens locaux : « ce n’est pas vrai. Moi je n’ai rapporté personne ! Ce sont des politiciens qui veulent me discréditer avec mon parti (RPG arc-en-ciel), pour pouvoir gagner les prochaines élections communales. Mais, moi, je suis serein dans ma position », a-t-il indiqué.

A rappeler que lors des dernières manifestations dans la commune urbaine de Boké, en plus des morts d’hommes, plusieurs édifices publics et privés ont été pillés par les manifestants, dont le siège du RPG arc-en-ciel, le domicile privé du DPE Siné Magassouba qui est un haut responsable de ce parti au pouvoir.

Cependant, la question dont bon nombre d’observateurs se pose aujourd’hui dans le kakandé, est de savoir, qui des protagonistes a raison dans cette affaire de rapport. Siné Magassouba est-il capable de compromettre toutes ces personnes natives de Boké en les rapportant au BPN du parti au pouvoir, ou bien ces fils de kakandé veulent simplement se débarrasser du natif de Siguiri en lui montant un tel piège ? En tout cas, d’une source proche de l’accusé, « cette liste serait montée de toute pièce ».

À suivre !