La Coupe du Monde de football débute demain jeudi, 13 juin 2018 en Russie. Ce sont trente deux équipes nationales, dont cinq africaines, qui vont s’affronter pendant un mois. Pour parler des chances des cinq représentants africains dans cette compétition, un reporter de Guineematin.com a tendu son micro à deux connaisseurs du football ce mercredi 13 juin.

Les quelques pays africains qui ont participé à la Coupe du monde de football n’ont jamais dépassé les ¼ de finales de cette compétition. Quelques fois, ces équipes ne parviennent même pas à dépasser les matches de poule. Pour l’édition de 2018, les cinq équipes africaines qui prendront part à la plus grande messe du football mondial sont le Sénégal, le Nigéria, la Tunisie, le Maroc et l’Egypte.

Quelles sont les chances de qualification de ces équipes africaines dans ce tournoi de huit poules à 4 équipes ? Telle est la question que notre reporter a posée à Thierno Saidou Diakité et Amadou Diouldé Diallo. L’un est consultant sportif, et chroniqueur au groupe de presse Lynx/Lance ; l’autre est journaliste et historien, vice-président de l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS)/Afrique.

Thierno Saidou Diakité

Pour Thierno Saidou Diakité, « le tirage au sort n’a pas été clément avec les équipes africaines. Parce que si vous observez la configuration des groupes, il faut deux places pour se qualifier en huitièmes de finales. Et malheureusement, dans les poules où il y a es équipes africaines, on a deux formations qui sont très fortes. Le groupe A où il y a l’Egypte, mais aussi la Russie, l’Uruguay et l’Arabie Saoudite, ce sera difficile. Mais, parmi les autres africains, je pense que l’Egypte a une chance de passer. Parce que la Russie, en dépit du fait que la compétition se déroule dans ses installations, n’a pas une équipe très performante. L’Egypte peut passer avec l’Uruguay. Si le vendredi les pharaons font un bon match contre l’Arabie Saoudite, elle peut accrocher la Russie et partir avec l’Uruguay.

Quant au Maroc, qui aura à faire à l’Espagne, champion du monde en 2010, et au Portugal, champion d’Europe en titre, ce ne sera pas du tout aisé. Je pense que nos représentants n’auront pas la tâche facile. Ils devront mouiller le maillot pour passer au second tour. Le Sénégal avec la Colombie, la Pologne et Japon, on va voir ce que les Lions de la Téranga vont faire pour tirer leur épingle du jeu. A chacune des équipes africaines de jouer à fond ses chances ».

Amadou Diouldé Diallo

Pour sa part, le journaliste et historien, Amadou Diouldé Diallo dit que la Coupe du Monde « est une compétition très relevée, la plus grande de la planète en terme de football. Pour ce qui est des 5 pays africains, tout dépendra de la façon dont ces équipes vont entrer dans la compétition. En coup du monde de football, le premier est très important. Si ces équipes, au cours de leur première sortie, parviennent par exemple à concéder le nul et de ne pas subir une défaite, elles seront plus fortes mentalement pour la suite de la compétition. Mais, ouvrir le bal par une défaite émousserait le moral des joueurs et pourrait compromettre la suite de la suite de la compétition. Donc, les équipes africaines devront mettre toutes leurs forces, toutes leurs armes, toutes leurs munitions dans leur première sortie. C’est à ce niveau qu’il faudra se battre au lieu de courir après pour faire après ce qu’on pourrait appeler des questions de rattrapage.

Pour l’Egypte par exemple, qui doit jouer contre la Russie, ça ne pas être facile. Puis que la Russie va bénéficier du soutien de son public et aura l’avantage du terrain. Pour une équipe africaine, jouer devant un tel public, dans cette euphorie jubilatoire, ce sera vraiment difficile. Dans cette poule, vous avez aussi l’Uruguay qui est une grosse pointure qui a toujours fait un parcours honorable. Pour l’Egypte, il faudra jouer pour se mettre au travers ou de la Russie ou de l’Uruguay, entendu que l’Egypte peut prendre le meilleur sur l’Arabie Saoudite.

La poule du Maroc est aussi compliquée, avec notamment l’Espagne et le Portugal. Il faut reconnaitre que sur le plan de la nomenclature, l’Espagne est la grosse pointure de cette poule, son écurie est de standing par rapport au Portugal. Cette dernière va jouer sur des individualités, à l’image de Cristiano Ronaldo qui sort quelque peu lessivé des compétitions européennes. Le Maroc peut jouer ses chances avec le Portugal, parce que les Lions de l’Atlas sont homogènes et collectifs. Le Maroc peut être mis sur le même point de départ que le Portugal.

Pour le Nigéria, logé dans la même poule que l’Argentine, la Croatie et l’Islande, ce sera également compliqué. La Croatie et l’Argentine ont des atouts majeurs et la tâche va être très difficile pour le Nigéria.

La Tunisie, qui sera opposée entre-autres à l’Angleterre et à la Belgique devra également sortir le grand jeu. Si l’Angleterre est favorite dans cette poule, la Tunisie essayera de rivaliser avec la Belgique pour se qualifier.

Pour le Sénégal, ils auront comme adversaire la Colombie, le Japon, et la Pologne. Donc, les Lions de la Téranga pourront se frayer un chemin. En prenant la Colombie en tête, je pense que le Sénégal peut sensiblement se retrouver sur le même clavier de comparaison que la Pologne, le Japon ».

Parlant de leur pronostic, nos deux interlocuteurs ont laissé entendre qu’il est difficile d’en faire un. Toute fois, Thierno Saidou Diakité et Amadou Diouldé Diallo pensent que des pays comme le Brésil, l’Allemagne, l’Argentine et l’Espagne pourraient se retrouver au dernier carré de la compétition.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel 628 17 99 17

Facebook Comments

Guineematin