lolaA la veille de la fête de Tabaski, la population de Lola se plaint des prix trop élevés de bétails sur le marché. Interrogés par Guineematin.com au marché de Lola, certains fidèles musulmans estiment que les prix sont exhaustifs par rapport à l’année dernière. Des béliers qui coutaient cinq cent mille l’année dernière sont aujourd’hui à plus de huit cent mille francs guinéens, nous-t-on expliqué.

Kerfala Camara, diplômé et commerçant au grand marché de Lola dénonce cette hausse qui crée la rareté de l’achat de ces bétails cette année. « Nous avons remarqué une hausse du prix des moutons à la veille de la Tabaski de cette année. Le bélier qui coutait l’année passée  500 à 600 mille est monté jusqu’à 800 à 1 million de francs guinéens cette année. Et, cette année, il n’y a pas assez d’achat de mouton parce qu’il n’y pas d’argent… ». Parlant de la qualité de mouton, monsieur Kerfala Camara précise que l’islam exige des moutons en bonne santé, gros, sans variété.

Même constat chez Monsieur Djiba Soumaoro, prestataire au quartier Woroyapo, qui déplore cette augmentation à chaque fête, il explique que cette augmentation serait due à l’absence des bétails maliens sur le marché guinéen.

Quand à monsieur Kamba Camara, cette année serait exceptionnelle, compte tenu de cette hausse avec la vente d’un bœuf jusqu’à sept millions de francs guinéens. « Je vous dis que cette année le prix du bétail pour la fête, on ne peut même pas faire une comparaison avec les années antérieures. Cette année, le cas est spécial, les prix sont exorbitants. Si un seul animal est allé jusqu’à 7 millions, c’est cette année que nous entendons cela depuis que nous sommes à Lola », déplore-t-il.

Interrogé sur les prix habituels des bœufs, Kamba Camara estime qu’ils sont à l’ordre de quatre à 4 million 5 cent mille francs guinéens. Mais, ces bétails sont devenus très rares », se plaint monsieur Camara.

De Lola, Léopold Konté pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Guineematin