Layaly Camara, Directeur National des Eaux et Forêts

Ancien Directeur Général de l’OGUIB, aujourd’hui Directeur National des Eaux et Forêts et soutien inconditionnel du président de la République, le Colonel Layaly Camara a souhaité s’exprimer dans nos colonnes à l’occasion du mois saint de Ramadan qui pointe à l’horizon.

Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé, le colonel Layaly Camara a appelé les cadres á profiter du mois saint qui s’annonce pour faire des prières pour le président et saisi l’occasion pour parler de son service et sensibiliser les citoyens sur la protection et la préservation de l’environnement.

Décryptage !

Guineematin.com : Monsieur le Directeur après huit années de gestion, vous qui soutenez le président Alpha Condé, dites-nous ce que vous pensez de ses actions á ce jour ?

Colonel layaly Camara : les actions du président de la République sont des actions salutaires. Et, je crois que le peuple de Guinée est témoin ; car, vous conviendrez avec moi que ce que le président Alpha Condé a fait en 8 ans, les autres n’ont pas pu le faire en 50 ans. Si nous prenons par exemple dans le secteur des forces de défense et de sécurité, il a fait des gros efforts avec le ministre de la défense, Docteur Diané pour sa réforme. C’est pourquoi d’ailleurs, nos forces sont présentes dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU, notamment au Mali voisin. Au niveau environnemental, ses efforts l’ont permis d’être choisi par ses paires pour piloter le projet africain sur les énergies renouvelables. Je vous assure que si nous voulons citer toutes les bonnes actions du président envers son peuple, nous allons passer toute la journée á le faire. C’est pourquoi, je n’ai cité que ces deux exemples. Mais, ce qu’il faut retenir, ce que ces actions sont non seulement pour nous mais aussi pour les générations futures.

Guineematin.com: à présent, monsieur le Directeur parlez-nous de votre service ? Qu’est-ce que vous avez personnellement fait depuis votre arrivée pour le redressement de la Direction Nationale des Eaux et forêts ?

Colonel Layaly Camara : Nous sommes en train de mettre en œuvre plusieurs programmes, notamment le programme de reboisement et de la surveillance au niveau des forêts classées. Des actions sont aussi engagées pour traquer les délinquants qui capturent et tuent les espèces intégralement protégées. L’autre action que nous menons sur le terrain est la délimitation des fforêts classées, notamment celle de Kakoulima, dans la préfecture de Dubréka.

En tant que spécialiste des questions environnementales, qu’est-ce qu’il faut faire pour hisser la Guinée au rang du concert des nations modèles dans la protection de l’environnement ?

Il faut mener une politique d’utilisation durable de l’environnement qui se traduit non seulement par l’utilisation mais par la préservation de la ressource. Il y a lieu de délimiter les zones de production et de protection intégrale. Il faut aussi fournir le maximum d’efforts pour préserver la faune sauvage. Mais, toutes ces actions ne peuvent se faire qu’avec les moyens. Il y a déjà un plan d’actions qui est défini ; donc, il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas développer des actions sur le terrain s’il y a les moyens.

Guineematin.com : On sait que les citoyens sont peu ou mal informés sur les questions environnementales. Que faites-vous dans ce sens ?

Colonel Layaly Camara : vous avez parfaitement raison sur ce point. Le grand public ne mesure pas la valeur et l’importance de la forêt á l’échelle nationale et internationale. C’est pourquoi, nous essayons, si les moyens le permettent, avec l’appui des partenaires, de mettre en œuvre un plan de communication pour informer et sensibiliser les citoyens sur l’importance de la préservation et protection de nos ressources forestières.

Guineematin.com : Parlez-nous des difficultés que vous rencontrez dans l’accomplissement de votre mission ?

Colonel Layaly Camara : Nous avons un problème de finances. Nous n’avons pas tous les moyens qu’il nous faut pour mener convenablement notre mission. Au-delà du problème financier, nous avons certains agents qui ne maîtrisent pas tous les sujets qui entrent en formation en matière de gestion forestière. Sur ce point, Dieu merci, l’Union européenne nous accompagne cette année. Donc, les principaux défis à relever à la DNEF restent la recherche des moyens financiers et la formation de certains de nos cadres et agents à la maîtrise de l’outil informatique et des techniques de gestion durable de l’environnement. L’autre chose dont on a besoin, ce sont les moyens logistiques pour permettre le déplacement de nos agents d’un point A á un point B, l’outil informatique dont je vous ai parlé est aussi nécessaire ; car, cela permet de faciliter la communication entre le service central et les services déconcentrés. Il est donc important pour nos agents d’avoir au moins des vélos ou des motos pour faciliter leur déplacement.

Guineematin.com : Quel est votre appel à l’endroit des acteurs pour faire de notre pays un poumon vert ?

Colonel Layaly Camara : J’invite tous les acteurs concernés, surtout les décideurs, d’accorder une place de choix à la protection et à la préservation de l’environnement. Notre ressource forestière est un ensemble de vie à protéger car la disparition de ces ressources peut avoir un impact déterminant sur notre existence, pas seulement au niveau de la Guinée mais au niveau sous régional. Car, cela pourrait entraîner la disparition des cours d’eau qui ravitaillent toute la sous-région. Donc, c’est un appel pressant qui, je souhaite, sera entendu très vite.

Entretien réalisé par Mamady Keita

Facebook Comments

Guineematin