Comme annoncé par une précédente dépêche de Guineematin.com, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS) a organisé ce vendredi, 4 août 2017, à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, le Conseil de Cabinet Élargi (CCE). Cette rencontre prévue pour deux jours (les 4 et 5 août) et qui mobilisé les représentants de tous les secteurs du système éducatif au compte de l’enseignement supérieur, vise à dresser le bilan des actions prioritaires du Plan d’Action Annuel (PAA) 2016-2017 du Département et définir les perspectives pour l’année académique 2017-2018.

C’est le professeur Mamady Kourouma, recteur de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, qui a souhaité la bienvenue aux invités et exprimé sa joie de voir son campus abriter ces activités.

Dans son discours d’ouverture, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé a rappelé que l’année dernière, ce conseil s’était tenu au mois d’avril. « C’est une institutionnalisation d’une règle déjà établie que nous renouvelons cette année pour tirer les leçons de l’année universitaire écoulée et voir dans quelle mesure nous pouvons avancer pour les années à venir dans l’amélioration de la qualité de la formation dans notre pays », a dit le ministre, avant d’annoncer les thèmes qui seront abordés : la gouvernance financière et organisationnelle du secteur, la question des infrastructures, des équipements, les questions des formateurs des formateurs…

Les débats sur d’autres thèmes plus importants se feront dans les commissions, a précisé le ministre Yéro Baldé. C’est le cas, dit-il, de l’arrêté qu’il a conjointement signé avec le ministère des finances pour l’amélioration du traitement des enseignants.

« Si on prend le salaire de nos enseignants, c’est le plus bas de la sous-région parce que nous avons consulté ailleurs. Au-delà de l’aspect pédagogique, il y a aussi l’aspect attraction des enseignants dans ce secteur là. Et, qui dit attraction, dit conditions de vie et de travail. Comme nos enseignants sont très mal rémunérés, nous avons donc trouvé un moyen de faire venir les meilleurs dans ce secteur là en améliorant les primes de fonction mensuelles qui était très faibles. Le maximum, c’était cinquante mille francs (50 000) ; et, maintenant pour les professeurs titulaires, nous serons à dix millions (10 000 000), les maîtres de conférence à huit millions (8 000 000), pour les maîtres assistants à six millions (6 000 000) », a-t-il annoncé.

Enfin, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a parle de logement sociaux pour les enseignants afin de chercher à attirer les meilleurs dans ce secteur.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Commentaires

No Comments