Fatou Kourouma du projet GALF : Les agents du Corps des Conservateurs de la Nature ont appréhendé le mercredi 05 septembre 2018 un jeune guinéen qui tentait de commercialiser deux perroquets youyou, une espèce animale partiellement protégée. Grâce à la collaboration entre la Direction Nationale des Eaux et Forêts et le projet GALF (Guinée Application de la Loi Faunique), M. Mamadi Kéita, présumé auteur de ce crime faunique a été entendu sur procès-verbal (PV) et relâché par la suite après avoir signé un engagement formel de reconnaissance d’infraction et de non récidive.

Selon nos informations, le perroquet youyou (Poicephalus senegalus) est une petite espèce de perroquet africain appartenant au genre Poicephalus, appelé aussi youyou du Sénégal, arborant un plumage coloré. Entant qu’animaux considérés juridiquement appartenant à une espèce non domestique, le commerce, la circulation, la détention et l’élevage du perroquet youyou sont soumis à une réglementation complexe, comprenant les lois internationales et nationales de protection des espèces.

Pour le cas guinéen, c’est le code de protection sauvage et réglementation de la chasse qui est l’instrument juridique protégeant ce petit oiseau, classé parmi les espèces animales partiellement protégées. Par conséquent, sa capture, sa détention, circulation et commercialisation constituent des infractions prévues et punies par la loi.

Selon des propos recueillis auprès des autorités, les actions de formation, information et sensibilisation sont souvent organisées afin d’attirer l’attention des populations sur la problématique de la protection de la faune et de la flore sauvage. Ce, pour amener les citoyens à cerner les dispositions contenues dans les textes en matière de criminalité faunique et floristique.

Abordant dans la même lancée, un activiste du projet GALF estime que les différentes communications faites dans les médias par leur projet portant sur les opérations de saisies d’animaux sauvages protégées, des arrestations de grands trafiquants fauniques et des décisions de justice obtenues dans les contentieux fauniques en République de Guinée sont des actions d’information et de sensibilisation des populations afin de créer un climat dissuasif.

Une leçon non comprise par le citoyen Mamadi Kéita, puisqu’il a été mis aux arrêts le 05 septembre 2018 à Conakry par les agents du Corps des Conservateurs de la Nature alors qu’il tentait de commercialiser 2 perroquets youyous, espèce animale partiellement protégée par le code guinéen de faune mais aussi par la Convention de Washington. Avec l’apport technique, juridique et judiciaire de GALF, le mis en cause a été entendu sur procès-verbal (PV) dans les locaux de la Direction Nationale des Eaux et Forêts où il aurait reconnu sans ambages tous les faits qui lui sont reprochés. Il finira par signer un ‘’ Engagement Formel’’ de reconnaissance d’infraction et de non récidive’’ pour être enfin libre.

Quant aux deux perroquets youyous, ils seront confiés au projet GALF pour rééducation temporaire afin d’être relâché ultérieurement selon leur milieu écologique.

Pour mémoire, la Guinée est toujours sous sanction auprès de la Convention Internationale sur le Commerce des Espèces de faune et de flore sauvage menacée d’extinction (CITES) appelée aussi Convention de Washington. Cela depuis mars 2013 et présentée comme une plaque tournante de la criminalité faunique en Afrique de l’ouest.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un crime organisé transnational. Il représente le 5ème commerce illégal le plus important au monde amassant plus de 20 milliards de dollars chaque année.

Fatou Kourouma du projet GALF

Facebook Comments

Guineematin