C’est une tradition qui se poursuit de plus belle. A l’approche du mois du Ramadan, le nombre de mariages explose à Conakry. Et ce n’est pas cette qui fera exception à cette règle. Selon les informations confiées à un reporter de Guineematin.com hier, jeudi 10 mai 2018, plus de quatre cent mariages ont été célébrés dans les communes de Ratoma et Dixinn au cours des deux derniers mois.

Cette année encore, comme c’est toujours le cas d’ailleurs, les services d’état civil de Conakry ont été vivement sollicités durant les deux mois qui ont précédé le Ramadan, mois de jeûne et de pénitence pour les musulmans qui démarre la semaine prochaine.

« Au mois d’avril qui coïncide un peu à l’arrivée du mois de Ramadan, on a fait 190 mariages ; pour le mois de mai, l’enregistrement est en cours, mais il faut noter que le dimanche passé (le 06 mai) nous avons enregistré 54 mariages », témoigne Mamadou Kaana Baldé, officier d’état civil de Ratoma. Avec les statistiques du mois de mai, le nombre de mariages va sans doute nettement augmenter.

Fatoumata Binta Sall, officier de l’état civil de Dixinn

Dans la commune de Dixinn également, la situation est quasiment la même. Fatoumata Binta Sall, officier de l’état civil dans cette commune, indique que près de 80 mariages ont été célébrés au cours des deux derniers mois : « Nous avons eu à célébrer plusieurs mariages à la veille du mois de Ramadan, c’est-à-dire, pendant les mois d’avril et de mai. Au mois d’avril, nous avons eu à célébrer 107 mariages ; pour le mois en cours, nous avons enregistré pour le moment 89 mariages. Ce qui fait au total, 196 mariages enregistrés pour le moment à Dixinn », a-t-elle confié à notre reporter.

Mamadou Kaana Baldé, officier d’état civil de Ratoma

Mais, malgré ce nombre important de mariages, l’officier d’état civil de Ratoma estime que l’engouement a été moins important cette année qu’en 2017 :« Je ne peux pas déchiffrer les statistiques de l’année passée actuellement, mais ce que vous allez retenir, c’est qu’il y a eu un peu plus de mariages l’année dernière que cette année à la veille de ce mois de Ramadan», a dit Mamadou Kaana Baldé.

Toujours est-il que les services d’état civil de ces deux communes ont dû beaucoup travailler ces derniers temps. Et cela, non sans difficultés. « Le problème majeur que nous rencontrons, c’est le non-respect de l’heure fixée par l’officier. Au lieu de venir un à un, ou bien deux à deux, ils viennent tous à partir de 15h30′, et il nous faut les prendre un à un. Autre difficulté que nous rencontrons, c’est lié aux témoins, il y a des couples qui viennent en l’absence d’un témoin, soit le témoin de la fille ou celui du monsieur. A ce niveau, la loi est claire, on ne peut célébrer un mariage sans les témoins, et on est obligé dans ce cas, de dire au couple de céder la place au couple qui est prêt », souligne l’officier d’état civil de la commune de Ratoma.

Ramatoulaye Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin