Le Comité Miss Guinée (COMIGUI) s’est exprimé ce jeudi 16 février 2017, sur la suspension de son partenariat avec le Ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique par rapport à l’organisation du concours de beauté Miss Guinée. C’était à l’occasion d’un point de presse qu’il a animé à son siège à Matam.  La présidente du COMIGUI, Johana Barry, a exprimé sa déception face à certains agissements qui ont conduit à cette suspension tout en réitérant son engagement à se battre jusqu’au bout, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

D’entrée de jeu, Johana Barry a dit son regret de voir le premier ministre Mamady Youla lié aux commentaires qui ont suivi la cérémonie de samedi dernier. « Je présente toutes mes excuses à monsieur le premier ministre. Parce que s’il n’était pas là, je ne crois que son image serait exposée autant. Je suis désolée. Si je savais anticiper les choses, je l’aurais fait. Du fond du cœur, je lui présente toutes mes excuses », a confié la présidente du COMIGUI.

Par ailleurs, Johana Barry a exprimé satisfaction devant la réussite du concours de beauté Miss Guinée 2017, organisé le samedi 11 février dernier, « avec la présence de nombreuses personnalités. C’était vraiment féerique, j’ai adoré. Le premier ministre avait donné ses impressions, il était satisfait de cet événement là », estime-t-elle.

Cependant, pour ce qui est de la suspension du partenariat entre le COMIGUI et le ministère de la Culture, Johana Barry parle de montage et se dit déterminée. « Tout ce montage là, c’est par jalousie contre le Comité. Mais, ça n’ira pas loin parce que je vais me battre jusqu’au bout. J’irai là où il faut aller. Cette décision du département de la culture ne me dit absolument rien. Je suis désolé pour le ministre monsieur Siaka Barry que j’appelle affectueusement grand frère. C’est lui-même qui m’avait dit que le premier ministre allait être là. Il pouvait demander au PM comment ça s’est passé au lieu de prendre une décision comme ça ou de se fier à des images montées sur Facebook. Je sais que ce n’est pas fait sciemment, il a été poussé. C’est un département qui est pourri…. Je collabore avec eux depuis 2009 », soutient mordicus Johana Barry.

En outre, Johana Barry estime que les habits que les miss portaient ce jour, et qui sont à la base a de la polémique, ne sont pas une nouveauté. « Les bikinis, les deux pièces, ça existe depuis toujours. C’est quelque chose qui est dans le règlement universel. C’est pour permettre à tout le monde de juger du physique d’une miss. Ça existe à Miss Monde, Miss Univers. Dans tous les concours de Miss, ce truc (le bikini, ndlr) existe. Il n’y a rien d’anormal, c’est comme ça que ça s’est toujours passé. Ça fait 10 ans que j’organise. Qu’ils aillent voir les éditions précédentes. Les filles étaient tout le temps en bikini. Mariam Diallo a été Miss CEDEAO, vous pensez que c’est avec une burka ? Non, c’est avec un maillot de bain. C’est ce maillot de bain-là qui a fait la différence », a-t-elle expliqué.

Pour finir, Johana Barry dit que le combat continue et qu’elle « ne se laissera pas faire. D’ailleurs, les Miss qui ont des œuvres sociales à faire vont continuer leur mandat. Elles vont l’exécuter jusqu’au bout », martèle la présidente du COIMIGUI.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17  

Commentaires

No Comments