Les problèmes domaniaux dans la banlieue de Conakry sont devenus récurrents. Un compatriote vivant en Allemagne a contacté Guineematin.com sur le fait qu’on lui a fait acheter un domaine à plusieurs reprises au secteur Sarambaya, district de Fassiyah, dans la sous-préfecture de Manéah. Déçu devant un tel comportement, Ahmed Tidjane Diallo se demande aujourd’hui à quel saint se vouer.

Selon nos informations, les membres de la famille Camara de Sarambaya ont joué des tours à Ahmed Tidjane Diallo. Il aurait racheté le même domaine à quatre (4) reprises avec les membres de cette famille.

Un des intermédiaires dans cet achat, le commissaire de police Diarra Konaté, actuellement sous-préfet à Fangamadou, dans la préfecture de Guéckédou, joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com ce mardi, 15 août 2017, a indiqué les circonstances de ces multiples ventes.

« Le jeune Ahmed Tidjane Diallo a acheté la première fois cette parcelle avec un monsieur. A l’époque, il ne m’avait pas averti, puisque c’est son papa qui me l’a confié. On est comme une famille. Donc, il a acheté. Ça fait longtemps que cet achat a eu lieu. Entretemps, il a voyagé pour l’Allemagne. Mais, les autres membres de la famille, ayant constaté des travaux sur les lieux, ont dit que celui qui a vendu le domaine à Tidjane n’était pas de la famille », a introduit Diarra Konaté, précisant que c’est ainsi que les problèmes ont commencé.

Selon monsieur Konaté, les membres de la famille Camara ont dit à Ahmed Tidjane que c’est avec eux qu’il fallait acheter le domaine en question. « Il a racheté le domaine parce qu’il a compris qu’il risquait de le perdre. Finalement, il m’a appelé pour me dire de l’aider. Donc, je suis allé voir celui qui a revendu le domaine la première fois. Il m’a montré les gens avec qui le premier achat a eu lieu. J’ai entrepris des démarches qui ont pu aboutir. C’était 4 parcelles au total. Le monsieur avait demandé de racheter une parcelle à 25 millions de francs guinéens. J’ai dit que ce n’était pas possible. Comme il avait déjà acheté, j’ai dit que c’est juste le prix de noix de cola qu’il doit trouver. Finalement, il a accepté la parcelle à 15 millions de FG. Quand j’ai fait le compte rendu à Tidjane, il a envoyé l’argent des 4 parcelles », a précisé notre interlocuteur.

Une fois cet argent versé, « celui qui a reçu la somme pour les 4 parcelles, un certain Moussa Camara, a voulu mal se comporter envers nous. Quand il a reçu l’argent, il n’a mêlé aucun de ses parents, il a tout utilisé. Quand je m’en suis rendu compte, je l’ai pris pour l’envoyer à la sûreté urbaine », a expliqué le sous-préfet.

A la question de savoir s’il existe des pièces justifiant l’achat des 4 parcelles, monsieur Konaté confirme qu’il y a « non seulement des reçus, mais aussi un certificat de cession. Un certificat qui a été légalisé par le président du district de Fassia. J’ai fait envoyer ça à Manéah et le maire a visé. Le chef du secteur de Sarambayah aussi a visé. Après avoir obtenu ces documents, j’ai échangé avec Tidjane qui est en Allemagne. Il m’a demandé de lui faire parvenir les documents qu’on a scannés et envoyés. Après, il m’a dit qu’il les a reçus », ajoute-t-il.

En outre, monsieur Konaté soutient que depuis ce jour, Tidjane a disparu des radars, « aucun de ses numéros ne passait et il n’a pas entrepris des travaux sur les parcelles. Lui-même s’est mis à chercher des clients pour revendre les parcelles. Celui qui veillait sur les parcelles m’a interpellé plusieurs fois pour me dire qu’il y avait du mouvement là-bas ; alors que moi je ne parvenais pas à joindre Tidjane. J’ai interpellé celui qui nous a revendu pour l’avertir. Mais, il se trouve qu’il avait bouffé l’argent tout seul sans associer les autres membres de la famille », a-t-il rappelé.
Finalement, c’est quand Tidjane s’est rendu compte que des travaux ont commencé sur les parcelles, dit-il, « il m’a appelé. Entre-temps, j’ai été nommé à mon poste actuel, en 2014, et j’ai quitté Conakry pour Fangamadou, à Gueckédou », a-t-il conclu.

Pendant ce temps, Tidjane Diallo est toujours dans le flou et pourrait perdre ses quatre parcelles. Ainsi va la Guinée d’Alpha Condé ! Tous les jours, on tympanise les Guinéens par des discours faisant croire qu’on cherche des investisseurs, alors qu’en réalité, parmi ceux qui ont investi leur argent dans ce pays, beaucoup se mordent aujourd’hui le doigt, surtout dans le foncier…

Au quartier Nongo, dans la commune de Ratoma, un père de famille a été sorti de sa villa avec toute sa famille par un ancien dignitaire qui prétend être le vrai propriétaire d’un domaine légalement acheté depuis plus de quinze et mis en valeur…

Pour sa part, Moussa Sampil, ancien ministre de la Sécurité du Général Lansana Conté, connu pour son zèle lors de son deuxième passage au Gouvernement, est aussi accusé d’utiliser son influence sur certains responsables actuels de la police pour également intimider et exproprier des pauvres acquéreurs des parcelles achetées depuis plus de treize ans (13 ans) à Kobaya, dans la commune de Ratoma mises en valeur. Les décisions de l’Habitat et de la justice ne semblent aucunement influencer l’ancien ministre, fort de son « pouvoir » sur la sécurité…

Quand on dit qu’il n’y a pas de justice dans ce pays, c’est parce qu’elle sert souvent ceux qui sont en position de force ! Pauvres de nous !

A suivre sur Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin