Mory Diallo Préfet de Mamou

Mory Diallo
Préfet de Mamou

Le 26 août 2014, le préfet de Mamou, Mory Diallo, fraîchement installé, avait rencontré une délégation composée de 85 personnes venues du district de N’Diaré chez le Président de la ligue islamique préfectorale de Mamou. L’objectif de la rencontre était d’aplanir les tensions entre les communautés issues des deux villages (Bantankountou et N’Diaré) qui se disputent un lopin de terre depuis plusieurs mois.  On se rappelle que le conflit avait tourné à des violents affrontements entre les populations de ces deux villages situés à 34 km, au nord de la commune urbaine de Mamou.

A cet effet, le tout nouveau préfet de Mamou, Mory Diallo, avait annoncé comme première mesure de faire retourner en prison, dans les heures qui suivaient,  les 8 présumés responsables du conflit qui avaient été libérés sur ordre de l’on ne sait qui. Une mesure qui avait été saluée à juste mesure par les membres de la délégation de N’Diaré, sous l’intervention des sages de Mamou.

Joint au téléphone par guineematin.com, ce mercredi 3 septembre 2014, Elhadj Boubacar N’Diaré (ressortissant de N’diaré à Mamou) a affirmé que jusqu’à hier mardi 02 septembre 2014, seulement trois de ces personnes sont à Mamou, mais ne sont pas en prison.

« Avec la pression du Préfet, deux pick-up de la gendarmerie- une venue de Mamou et l’autre de Porédaka- sont parties les chercher. Ils n’ont réussi à  prendre qu’un seul, les autres se sont évadés. J’ai appris aujourd’hui que deux autres personnes  se sont rendues aussi, ce qui complète à trois. Ils sont à Mamou, mais pas en prison. Les cinq autres restent toujours introuvables », a-t-il expliqué, au téléphone de Guineematin.com

Et, si on ne retrouvait pas les cinq restants ? Elhadj Boubacar a sa petite idée : « Si on ne les retrouve pas, celui qui avait pris la garantie pour eux répondra à leur place. Un certain ‘’capitaine’’, vendeur de bois »…

A rappeler que ce conflit terrien qui oppose les deux communautés dites – Roundé et Foulasso- a fait plusieurs blessés ainsi que des dizaines de cases incendiées avec leur contenu.

Mamadou Alpha Baldé

Commentaires