ACAUPED, école de ToloPublireportage : Le développement durable occupe une place importante dans la coopération décentralisée entre le Département du Nord et la Région de Mamou.

Un schéma directeur Eau et assainissement et eau a été élaboré pour la région.

Les enquêtes réalisées  ont montré une forte prévalence des maladies hydriques dans la région liées à la pollution des puits et eaux souterraines à cause de l’absence d’un système d’évacuation des eaux usées et boue de vidange.

Le conseil général du Département du Nord a financé en 2013, la réalisation d’un système d’épuration des eaux usées par lagunage. La station a été réalisée par l’ONG ACAUPED dans le périmètre de l’Ecole d’Agriculture de Tolo, située à 25 km de la commune urbaine.

Pour l’exploitation de cette station, l’ACAUPED, en partenariat avec une banque de la place, a financé l’achat d’un camion vidangeur de 8 000 litres au cours de l’année 2014. Ce camion, géré par la commune, assure actuellement les vidanges des fosses septiques de la commune de Mamou, mais également des autres communes de la région (Dalaba et Pita) et au-delà.

Suite à la réalisation de la station d’épuration d’eaux usées, un projet de caféiculture a été lancé en juin 2014 avec le financement du Conseil Général du Nord comme prévu dans le schéma directeur eau et assainissement intégrant l’agriculture. C’est ainsi qu’une pépinière de café arabica a été aménagée sur le site de la station de lagunage.

L’ACAUPED et l’ENAE de Tolo collaborent avec des partenaires techniques de terrain pour la réalisation de ce projet café : l’Agence Nationale de la Promotion Rurale et du Conseil Agricole (ANPROCA) et l’Institut de recherche agricole de Guinée (IRAG).

L’école de Tolo, dont la vocation principale est la formation des étudiants, dispose avec cette station de lagunage et la pépinière, d’un chantier école pour l’apprentissage des techniques biologiques de purification des eaux et de techniques culturales dans le cadre de la caféiculture moderne.

L’objectif à long terme est de favoriser la relance de la caféiculture arabica au Fouta Djallon.

A court terme, il s’agit de renforcer les capacités de 167 apprenants de l’ENAE (Ecole Nationale d’Agriculture et d’Elevage) de Tolo sur les  techniques de production des plants de caféier arabica en pépinière ; de produire 20 000 jeunes plants améliorés de caféier arabica à mettre  à la disposition des paysans et assurer une vulgarisation de techniques culturales adaptées. Cette vision cadre avec les objectifs de lutte contre la pauvreté car la relance de cette filière café permettra une augmentation des revenus des paysans qui pourront écouler leur production future dans le cadre du commerce équitable.

De retour de Mamou, Abdoulaye Oumou pour Guineematin.com

Guineematin.com vous propose une vidéo d’un entretien que le Dr. Barry a accordé à notre envoyé spécial à Mamou

L’activité du camion vidangeur de Mamou, Pita et Dalaba

La station de Tolo, située à 25 km de la commune urbaine, réalisée par l’ONG ACAUPED

Le projet café réalisé par l’ACAUPED et l’ENAE de Tolo à Mamou

 

 

Commentaires