Ce jeudi, 31 août 2017, madame l’ambassadrice de la Grande Bretagne à Conakry était face aux médias guinéens. L’objectif était d’expliquer l’importance des bourses d’études « Chevening » offertes par son pays aux étudiants guinéens qui répondront aux critères demandés, au titre de l’année académique 2018-2019, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi la rencontre.

Selon madame Catherine Inglehearn, la Grande Bretagne a toujours trois places disponibles pour toute la Guinée. Ces bourses sont au niveau du Master pour l’année académique 2018-2019. « Nous voudrions encourager les jeunes candidats guinéens qui ont le potentiel, qui se considèrent avoir le potentiel d’être des futurs dirigeants en Guinée », a introduit l’ambassadrice.

Parlant des critères pour l’obtention de ces bourses d’études, madame Catherine a parlé d’une expérience professionnelle de deux ans dans n’importe quel domaine d’activité mais qui a un bon niveau en anglais. « Chevening est un programme de bourses d’études du gouvernement britannique qui offre la possibilité d’étudier pour un diplôme de Master dans l’une des meilleures universités du Royaume uni », a-t-elle fait savoir, avant d’ajouter que c’est un programme mondial où chaque année son pays invite des boursiers de beaucoup de pays à travers le monde pour étudier. Concernant le cas spécifique de la Guinée, madame l’ambassadrice a précisé qu’on cherche des leaders émergents qui sont actifs dans le secteur public ou privé. « Des gens dans la société civile, dans la politique, etc. ».

Revenant sur les différents domaines de formation, madame l’ambassadrice a parlé de l’économie, des finances, du business, de la démocratie, de la gouvernance, des droits humains, de la lutte contre la criminalité, de l’agriculture, de l’environnement, de journalisme, etc.

S’agissant des frais de la formation, elle a rassuré que les bourses sont entièrement couvertes par le pays d’accueil, y compris les billets d’avion (aller et retour). C’est pourquoi, elle estime que c’est une véritable opportunité pour les guinéens.

Par ailleurs, la diplomate britannique a fait savoir qu’ils ont toujours des « difficultés » à trouver des bons candidats pour décrocher ces places.

« Il y a eu assez de bons postulants ; mais, il faut comprendre les procédures », a-t-elle insisté, avant d’espérer que d’autres guinéens pourront bien essayer. De son côté, Amadou Diouldé Camara, le seul pour le moment à avoir réussi à décrocher une place, s’est félicité d’avoir été sélectionné, tout en souhaitant voir d’autres guinéens avoir la même chance.

« Dans mes recherches, j’ai trouvé que les universités britanniques font partie des plus prestigieuses universités au monde. Ça a été toujours un rêve pour moi d’être dans un milieu académique où je vais côtoyer des gens avec lesquels je vais échanger, participer à des conférences, des débats de haut niveau pour que je reviennes participer à la transformation de mon pays ». Concernant son projet d’étude, Amadou Diouldé Camara révèle qu’il s’intitule « transformation de la diversité ethnique, d’obstacle en opportunité économique pour la Guinée ».

Justement, c’est dans ce cadre, dit-il, qu’il a vu « Cheveling » et trouvé que les critères sont à la porté d’une partie importante de jeunes guinéens. « Le processus a été long ; mais, il est à la porté : il faut être guinéen, être diplômé d’université, avoir au minimum deux ans d’expérience, avoir un anglais décent, être engagé et surtout trouver une thématique qui cadre avec les objectifs de la mission de la Grande Bretagne en Guinée », a-t-il expliqué.

Enfin, il a été proposé aux éventuels candidats de s’inscrire sur www.chevening.org

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622680041

Commentaires