la victimeLa nuit dernière un couple et deux enfants ont été réveillés par des flammes au quartier Yimbaya Tanéné dans la Commune de Matoto. Extraits par un petit trou, les victimes, en plus des brûlures, ont subit des blessures. Un court circuit serait à l’origine de l’incendie. « Ces derniers temps, il y avait trop de variation du courant », comment-on au quartier.

Asphyxiés, Mohamed Savané n’a plus retrouvé sa porte. Il s’est contenté d’appeler au secours. Il aura donc fallut que les voisins détruisent la fenêtre  et les antivols à coup de haches pour l’extraire, lui et sa famille. Mohamed Fana Bangoura souligne que son coup de pilon n’a pu détruire le mur : « Il pleurait à l’intérieur. Il m’appelait : ‘’ Grand ! Grand ! Aidez-moi ! On va mourir ici…’’ ! Puisque mon pilon ne pouvait rien faire, un autre voisin, à coup de haches, est parvenu à casser un petit trou. C’est ce qui a occasionné certaines de ses blessures».

Le propriétaire de la maison ne dormait pas lorsque le feu s’est déclaré.  Les portes ne cèdent pas. Ils ont dû casser le mur pour sauver les occupants.  Dans la chambre, seules les vies humaines ont été sauvées. Tout a été calciné. Ingénieur de génie à la retraite, le concessionnaire, Elhadj Morlaye Oularé, confie qu’il était 4 heures du matin lorsqu’il a entendu les cris. A sa sortie, il dit avoir vu les flammes dévorer la toiture. De passage, le vieux retraité salue la mobilisation du voisinage avant l’arrivée des sapeurs pompiers.

Le cousin des victimes revient de l’hôpital. Le mari est blessé au niveau des bras, de son visage et le bébé également atteint sur les membres supérieurs et le visage.  La femme a subit plus que tous les autres : son visage, ses membres supérieurs et inférieurs et même son dos ont été touchés. « En ce moment, son état est critique », explique Mohamed Savané. « Les premiers soins ont commencé certes, mais la femme est inconsciente », témoigne Savané.

Le maire

Facebook Comments