Le train Conakry ExpressDans la matinée de ce mercredi 10 septembre 2014, la mort a arraché une vie dans l’unique train de passagers en Guinée. Les responsables du train, ‘’Conakry Express’’, en provenance de Kagbélen, ont décidé de descendre le corps sans vie du monsieur à la gare qui a suivi ce décès, à ‘’Simbaya gare’’, peu avant 7 heures, selon un des passagers qui a instantanément envoyé un SMS, puis joint au téléphone Guineematin.com

Sur les lieux, à ‘’Simbaya gare’’ où Guineematin.com a envoyé un reporter, on ignore pour le moment les circonstances de la mort de ce passager, ni d’ailleurs son nom. Mais, notre reporter a quand même recueilli le témoignage du Chef service Telecom de la Société des Bauxites de Kindia (SBK), Ibrahima Sory Sylla qui a couvert le corps en attendant l’arrivée du fils du défunt :

« J’étais assis dans mon bureau entrain de travailler quand j’ai entendu des cris dehors. Je suis sorti et j’ai trouvé que le train Conakry Express est garé. Ils ont dit qu’il y a une personne qui a rendu l’âme au cours du trajet Kagbélen- Symbaya. Subitement nous sommes sortis pour alerter directement les membres du chemin de fer national. Ils ont fait descendre le corps. Ils l’ont examiné et on dit qu’auparavant dès que le monsieur est décédé, en fouillant ses pièces, ils ont trouvé un numéro de téléphone à travers lequel ils ont pu joindre son fils qui est un capitaine de l’armée », a-t-il entamé.

Poursuivant ses explications, monsieur Sylla Ibrahima Sory a ajouté : « J’avais un pagne ici que j’ai les ai remis pour aller protéger le corps. Entre-temps, son fils est venu avec une Pick-up pour embarquer le corps immédiatement. Nous leur avons dit de l’envoyer d’abord vers l’hôpital pour faire un diagnostic puisqu’on ne peut pas comprendre la cause de sa mort sans les spécialistes. Mais, au moment où ils quittaient ici, je pense qu’ils sont partis avec un corps sans vie.  Je crois qu’ils sont partis vers l’hôpital pour la morgue. Il y avait beaucoup de monde ici puisque la population était alertée. C’est ce qui fait qu’on n’a pas pu avoir même son nom. Mais, nous ignorons vers quel hôpital ils sont partis puisque c’est sont fils, un capitaine de l’armée qui est venu le chercher».

Propos recueillis par Mamadou Alpha Baldé

Commentaires