Carte UFDGTrès tôt, les consommateurs de la capitale guinéenne ont constaté la crise de pain au deuxième jour de l’assassinat d’Elhadj Amadou Oury Diallo, boulanger et président de la section motard de l’UFDG.

Guineematin.com a joint au téléphone El hadj Boubacar Baldé, secrétaire général de la fédération syndicale des boulangers pour en savoir davantage : « Vous savez que nous sommes tous frustrés et choqués par cet assassinat. Elhadj Amadou Oury Diallo était non seulement un boulanger, mais un formateur en boulangerie, etc. Bref, tous les boulangers de Conakry et des préfectures environnantes étaient avec nous hier au décès. Affligés,  frustrés, choqués et très émus par cet assassinat, les boulangers n’ont tout simplement pas pu travailler cette nuit », a dit le secrétaire général de la fédération syndicale des boulangers

Pour Elhadj Boubacar Baldé, les boulangers de Guinée ne vont pas en grève : « Nous ne sommes en grève ! Nous sommes dans le secteur de l’alimentation. Nous ne pouvons pas priver le manger à nos compatriotes. Vous vous rappelez que même lors de la grève syndicale de 2006-2007 au temps du général Lansana Conté, nous n’avions pas grevé, on pouvait acheter le pain à l’époque, malgré tout… », rappelle le secrétaire général de la fédération syndicale des boulangers.

Nouhou Baldé

Facebook Comments