A l’issue d’une réunion de près de trois heures (entre 11 heures 40 et 14 heures 20’), les opposants guinéens ont finalement décidé d’en découdre avec le pouvoir. Ils dénoncent la violation de l’accord du 08 août, exigent la reprise de l’installation des exécutifs communaux (qui ont été partiellement mis en place), une date précise de l’installation des élus…

Selon le reporter de Guineematin.com qui est sur place, au sortir de la réunion de ce mercredi, 10 octobre 2018, au QG de l’UFDG, à Hamdallaye CBG, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, était entouré de Makanera Kaké du FND, Elhadj Fodé Bangoura du PUP, Dembo Sylla de l’UDG, Ibrahima Sory Diallo du BOC…

Portant lui-même la parole de l’opposition, Cellou Dalein Diallo n’a pas mâché ses mots pour caricaturer la manière cavalière par laquelle le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation conduit depuis quelques jours l’installation des conseils communaux et l’élection des exécutifs. Les opposants se plaignent d’apprendre les nouvelles dans les médias, sans aucune concertation, ni information claire !

Au nom de l’opposition républicaine, Cellou Dalein Diallo a donc demandé que ce qui est fait soit annulé et que l’élection des exécutifs communaux soit reprise. Dénonçant la violation de l’accord politique du 08 août dernier, l’opposition exige d’avoir une date clairement fixée par le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation pour élire les exécutifs communaux et installer les élus. Faute de quoi, les opposants feront sortir les citoyens dans les rues pour des manifestations. Et, pour montrer qu’ils ne bluffent pas, les adversaires du régime Alpha Condé annoncent que leur série de manifestations va commencer par une journée ville morte le mardi prochain à Conakry.

A suivre !

Ibrahima Sory Diallo est au QG de l’UFDG pour Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin