Mamadou Yebhé Diallo (RPG), président de la délégation spéciale de Daramagnaki

Mamadou Yebhé Diallo, président de la délégation spéciale de Daramagnaki

Selon un des conseillers de la délégation spéciale de la commune rurale de Daramagnaki, préfecture de Télimélé, qui s’est confié à Guineematin.com, la délégation spéciale est actuellement secouée par un détournement de 215 millions de francs guinéens. Les principaux incriminés sont : le président de la délégation spéciale, Mamadou Yebhé Diallo (dit Têla), le receveur de la commune rurale, Fodé Ben Soumah, et le secrétaire général, Mamadou Alpha Missidé Diallo.

Aux dires du conseiller qui a requis l’anonymat, il y a eu une entente entre les membres de la délégation jusqu’à l’encaissement 307 millions 500 mille de francs guinéens, payés par une société minière (CDM Chine) évoluant dans la commune rurale : « C’est là que la gabegie et la falsification des documents administratifs ont commencé ».

S’agissant des dépenses que la commune rurale devait effectuer, ce membre de la délégation spéciale a cité les enseignants contractuels qui, après toute l’année scolaire, n’ont perçu que deux mois de salaire pour certains et un mois pour d’autres. A ceux-ci, s’ajoute le chauffeur de l’ambulance qui avait été offerte à la localité par le Président Alpha Condé, Mamadou Hassimiou Foinké qui n’a reçu que deux mois de salaire depuis le mois de novembre 2015. Sans compter le cas du gestionnaire du centre d’accueil, Ibrahima Sory Baldé, à qui la Commune doit près de 8 mois de salaire. Egalement, la commune rurale de Daramagnaki reste encore devoir à l’entreprise ENSACO BTP la valeur de 33 millions 160 mille francs guinéens. Aussi, 9 millions 100 mille qui ont servi à l’élaboration du PDL (plan de développement local) de Daramagnaki n’ont pas été remboursés, dit-il ; rappelant que la commune s’était endettée pour le forum, mais la nouvelle équipe refuse de rembourser ce montant aux créanciers.

Parlant des autres sources de revenus dont dispose la commune rurale de Daramagnaki, notre informateur a parlé de l’existence de deux pilonnes (Orange et Areeba) qui ont déjà payé un total de 18 millions de francs guinéens (8 millions 500 pour Areeba et 9 millions 500 pour Orange par an). « Cet argent aussi a disparu entre le receveur, le président de la délégation spéciale et le secrétaire général de la commune. En plus, le gouvernement a offert 25 millions de francs à notre commune. Cette somme aussi a disparu sans trace», a-t-il dénoncé.

DaramagnakiD’après notre source, le détournement des fonds destinés au développement de Daramagnaki ne s’arrête pas seulement à cela, il touche également d’autres micros projets de la commune rurale. Et, déjà, cinq des sept conseillers ont saisi les autorités de cette affaire. « Nous avons saisi le sous-préfet et même le Préfet est informé de ce qui se passe à Daramagnaki. La première demande adressée au sous-préfet a été signée par cinq conseillers sur les sept. Celui-ci a fait un soit transmis. Et, pendant la première semaine, ils nous ont même convoqués pour une réunion d’urgence le 26 juin 2016. Lors de la réunion, le président de la délégation spéciale avait reconnu les faits. Le secrétaire général avait même ajouté : si les conseillers ne nous pardonnent pas, attachez-nous, nous avons détourné », a-t-il dit, avant d’ajouter que le Préfet de Télimélé s’occupe actuellement de cette affaire. « Monsieur le préfet a reçu les trois mis en cause et échange avec eux depuis deux jours maintenant à Télimélé », a-t-il précisé.

Pour faire face à cette situation, ce conseiller communal demande l’implication du gouvernement, à travers le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation.

Joint au téléphone, ce mardi 30 août 2016, le président de la délégation spéciale de Daramagnaki, Mamadou Yebhé Diallo (dit Têla), a nié toute malversation et cité des réalisations où l’argent a été investi…

Récemment, c’est le préfet de Télimélé en personne qui avait été accusé de détournement des fonds destinés aux communes rurales. Mais, le premier magistrat de la préfecture, monsieur Amara Lamine Soumah, avait finalement « justifié » son attitude par le manque de budget de fonctionnement, avant de demander pardon…

A suivre notre entretien téléphonique avec le maire.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

 

Facebook Comments

Guineematin