Dansa Kourouma, président du CNOSC

Par la Cellule de Communication : Dans une envolée digne d’un oiseau de mauvaise augure, Dansa Kourouma s’est permis d’accuser à tort l’UFDG de violences et menaces contre Mme Mah Dopavogui. Il n’en est rien ! Au contraire, ce sont ses parrains du RPG, violents et antidémocrates, qui se sont livrés encore une fois à cette bassesse contre une femme au service de son pays.

Nous nous réjouissons que l’attaque par les loubards à la solde du RPG contre la présidente de la CEPI ait été avortée et qu’elle soit saine et sauve.

La victime Mme Doropogui a elle-même démenti votre accusation farfelue qui dépeint votre haine contre l’UFDG dans une interview accordée à Guineematin.com où il est très clairement dit que : « Madame M’Mah Dopavogui explique […] qu’elle avait déjà été victime de menaces de mort par deux fois auparavant. Des personnes qui ont élaboré une liste de candidature parallèle au compte du RPG pour les élections locales prochaines, lavaient menace par téléphone avant de se rendre au siège de la CEPI pour déclarer devant la commission de réception des dossiers de candidature, qu’elles vont s’occuper de la présidente de la CEPI, accusée d’avoir refusé de prendre en compte leur liste parallèle. »

L’UFDG condamne toute forme de violence contre un citoyen de ce pays, surtout dans l’exercice de ses fonctions. Le RPG n’est pas à son premier essai. Cette même corporation qui a été à la base de fuite de centaines de guinéens des localités où la machine de la fraude ne voulait pas être inquiétée.

Dansa Kourouma, vous ne rencontrerez pas le président de l’UFDG qui est un homme intègre, respectueux des institutions républicaines et qui n’accuse pas fortuitement ou avec intention de nuire toute une organisation sur un coup de tête ou une crise de haine. Vous comprendrez donc qu’il n’est pas dans les habitudes de Cellou Dalein Diallo de s’asseoir avec un mythomane sans scrupule pour discuter.
Mais soyez rassuré que vous répondrez devant la Justice !

Dansa Kourouma, si vous avez une once de dignité et d’honneur, vous vous excuserez publiquement d’avoir accusé à tort l’UFDG, d’autant plus qu’il ne s’agît pas de la première fois.

Si votre langue fourchue tient toujours aux déclarations mensongères, vous devez vous en prendre avec la même insolence au RPG, parti responsable de ces actes. Nous sommes persuadé que vous ne jetterez jamais votre venin sur ce parti violent car vous lui devez votre survie actuelle au sein du CSNOC-G.

L’UFDG demande à tous ses candidats de rester vigilants et comme toujours, de faire recours à la CENI et aux instances appropriées au cas de constat d’infraction à la procédure électorale. Aucune forme d’intimidation ne doit passer !

La Cellule de Communication

Facebook Comments