Asmaou Barry, journaliste au groupe Le Lynx-La Lance et membre de l'ONG F2DHG

Asmaou Barry, journaliste au groupe Le Lynx-La Lance et membre de l’ONG F2DHG

Dans l’après midi de ce mardi 6 septembre 2016, Guineematin.com a appris la découverte, hier lundi, du corps sans vie d’une fille dans la sous-préfecture de Manéah, préfecture de Coyah.  Au téléphone de Guineematin.com, Asmaou Barry de l’ONG «Femmes, Développement et Droits Humains » a expliqué, qui nous a joint au téléphone, la victime n’a toujours pas été identifiée, malgré les efforts que fournit son ONG et la brigade de recherche de Coyah.

« Hier matin, aux environs de 9 heures, nous avons été appelés en tant qu’ONG par des gendarmes de la Brigade de recherche de Coyah. Ils nous ont dit que le corps d’une fille a été découvert à Manéah, dans la préfecture de Coyah. Ils ont dit aussi qu’on leur a rapporté que la fille aurait été violée avant d’être assassinée. Le corps se trouvait en ce moment à l’hôpital préfectoral de Coyah. De là, on s’est mis en mouvement et nous avons négocié l’ambulance de l’hôpital de Coyah pour envoyer le corps à Ignace Dean, au service de la médecine légale, parce qu’on ne trouvait pas les proches de la victime. Les enquêtes ont continué pour l’identification de la victime et ses proches. Mais, on n’a toujours pas pu. Il y a une de ses camarades qui est venue à la brigade de recherche mais, son témoignage ne donne pas grand-chose. Même le nom complet de la victime, elle n’arrive pas à donner. Elle dit simplement que la victime s’appelle Salé. Nous avons demandé où est-ce qu’elle habite, sa camarade à dit que c’est au quartier Gbessia mais, qu’elle serait allée à Coyah pour se soigner », a expliqué Asmaou Barry.

A la question de savoir si ce premier témoin n’avait pas le contact de la famille de la victime, Asmaou Barry nous a répondu : « La fille nous a fourni une liste de contacts, disant que ceux-là devraient être des proches de la victime. Les enquêteurs ont appelé ces numéros mais n’ont pas pu se comprendre avec les gens, parce qu’ils étaient réticents à donner des informations. Nous, en tant qu’ONG, nous avons repris les numéros pour appeler. Parmi ces contacts, c’est un seul monsieur qui a dit connaître une fille qui s’appelle ‘’Salé’’ et que celle qu’il connaissait, habite à Gbessia port II. Donc, on a eu une précision que la victime habite ce quartier et ses parents aussi. On s’était convenu avec ce monsieur aussi qu’il allait passer ce matin du mardi 6 septembre 2016 à la morgue d’Ignace Deen pour regarder la dépouille. Mais, depuis le matin, on n’arrive pas à le joindre aussi. C’est pourquoi, nous voulons passer par les médias pour voir si on pourra retrouver sa famille où quelqu’un qui la connait. C’est une fille dont l’âge varie entre 15 à 16 ans.  Le corps est à la morgue d’Ignace Denn où commence déjà à se poser un problème de place », a-t-elle dit.

Poursuivant, Asmaou Barry a ajouté qu’une équipe se rendra chez le chef de quartier de Gbéssia Port II pour savoir si quelqu’un n’a pas signalé la disparition d’une fille dans le quartier. Au cas contraire, elles vont informer le chef de quartier au cas où quelqu’un viendrait l’informer afin que celui-ci rentre en contact avec l’ONG, Femmes, Développement et Droits Humaines, ou bien la brigade de recherche de Coyah ou encore le PM3 de Matam.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments