Chérif Mohamed Abdallah, GOHAComme on le sait, il y a 1 568 opérateurs économiques qui ont été victimes de pillages avec 219 milliards de francs guinéens perdus à cause des troubles politiques de ces dernières années. Après la rencontre entre le chef de l’Etat et le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, le président du GOHA a salué l’initiative, tout en demandant des comptes aux politiciens.

Voici le réaction du président du GOHA sur le site officiel du groupe :

Le Président du groupe organisé des hommes d’affaires salue la récente rencontre entre le Président de la République et le Président de l’UFDG le 1er septembre dernier.

Une rencontre qui a permis quelque part une décrispation de la situation socio-politique. Depuis cette date d’ailleurs, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo ont échangé des coups de fils. Et mieux, le Chef de l’Etat s’est rendu au domicile privé du chef de fil de l’opposition à Dixinn pour lui présenter ses condoléances suite au décès du frère de ce dernier.

L’organisation qui regroupe des opérateurs économiques guinéens salue certes les efforts des deux hommes politiques, mais le GOHA reste sur sa faim. Depuis l’arrivée des nouvelles autorités en 2010, plusieurs accords ont été signés entre la mouvance présidentielle, l’opposition et le gouvernement, mais selon le président du GOHA aucun accord signé n’a été respecté. Ces accords signés ont été souvent à la suite des manifestations politiques. Des manifestations qui ont provoqués des pillages chez les opérateurs économiques.

Ce sont des milliers de commerçants qui ont perdus des milliards et milliards de francs guinéens. Cherif Mohamed Abdallah estime que pour renouveler la confiance entre opérateurs économiques, mouvance présidentielle, opposition et gouvernement il faut absolument dédommager les commerçants victimes de pillages lors des manifestations politiques. En le faisant ça encouragerait les opérateurs économiques à investir d’avantages dans le pays et créer de l’emploi. Mais en ne le faisant pas aussi cela découragerait non seulement les opérateurs économiques guinéens à investir dans leur pays, mais les étrangers aussi deviendront de plus en plus hésitants. Parce que Comme on le dit, l’argent n’aime pas le bruit, renchérir le président du GOHA.

Depuis la déclaration de la fin de l’épidémie à virus Ebola, le président du GOHA multiplie les contacts et les voyages à l’étranger pour convaincre les chefs d’entreprises, les industriels et autre messins à venir travailler en Guinée, tout en encourageant le transfert des technologies.

A ce jour, tout accord socio-politique sérieux passe par le dédommagement des commerçants victimes de pillages de 2010 à nos jours à conclut Cherif Mohamed Abdallah.

Source : Gohainfo.com

Facebook Comments

Guineematin