Mohamed TraoréLa  route Labé-Tougué est devenue un véritable calvaire pour les usagers, a constaté Guinéematin.com sur place. Distant de 85 km, cette route qui date de la période coloniale n’a jamais connue de bitume. C’est pourquoi, elle constitue de nos jours un véritable casse-tête pour les usagers. Son entretien ne semble pas être le souci des autorités du pays, malgré l’affluence du trafic. 

De nos jours, elle renferme beaucoup de points critiques : du district de Fello Kanso, commune rurale de Labé jusqu’à Hooré Bâdy, commune rurale de Tangaly dans la préfecture de Tougué, les nids de poule, la boue et les galops cassés se succèdent.

Interrogé par Guinéematin.com, le secrétaire général du syndicat des transporteurs de Tougué, Saîkou OumarTouré, alias Rambo, a indiqué que cette route avait bénéficié d’un reprofilage  en 2011 pour le tronçon Labé-Tangaly, long de 40 km et en 2012, celui de Tangaly-Tougué, long de 45 km. Depuis, aucun autre entretien n’a été fait sur l’ensemble de cette route.

Aux dires de maître Rambo, son syndicat est intervenu deux (2) fois sur cette route pour boucher les trous, remettre en bon état les galops de Hooré Bâdy et de Laggordé dans la commune rurale de Dionfo. Pour lui, les problèmes de cette route sont entre autres le manque de caniveaux à certains endroits, l’existence de certains fossés à des endroits où il n’en fallait pas et le non curage des caniveaux existants.

S’agissant du gallot de Hooré Bâdy, il confie qu’il y a quelques jours, le mercredi 2 juillet 2014, les camions porteurs de marchandises venant de Labé pour approvisionner les différents marchés de Tougué ont été obligé de passer par la contournant de Bâdy, qui passe par la commune rurale de Konah pour se rendre à Tougué. Soit un surplus de 13 km !

Quant à maître Sékouba, transporteur au niveau de cette ligne se plain de la boue au niveau du village de Lappi, commune rurale de Tangaly qui, selon lui, risque de couper la route dans les prochains jours.

Un autre motocycliste accuse, lui, les autorités de rester passif face à cette situation. Tout en rappelant que chaque jour, le Préfet et le gouverneur de la région et certains membres du gouvernement sont sur cette route. Mais, son état actuel ne semble pas constituer un souci pour eux.

Guineematin.com à Tougué, Mamadou Adama Baldé

Commentaires