journalistesPlusieurs femmes journalistes de différents médias ont été formées durant deux jours  sur la reforme du secteur de sécurité, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters. Cet atelier de renforcement des capacités a démarré le jeudi 22 septembre 2016, à l’ENAM (Ecole Nationale des Arts et Métiers). C’est une initiative de l’ONG Association des Professionnels Africains de la Communication (APAC-Guinée) en partenariat avec Search for Common Ground.

Pour Asmaou barry, présidente de l’APAC-Guinée, cette formation permettra à ces femmes journalistes de pouvoir mieux traiter des sujets sur la sécurité : « on a estimé, qu’avant de déployer les femmes journalistes sur le terrain pour faire le reportage, il est judicieux d’organiser une journée ou deux, de renforcement des capacités, afin que nous ayons une vue générale sur la Reforme du Secteur de Sécurité, donc c’est l’objectif de cet atelier », a expliqué Asmaou Barry.

Pour  Dr Djeliman Kouyaté, conseiller politique du ministre de la défense et président de la commission technique de suivi de la Reforme du Secteur de Sécurité, cet atelier va même dans le sens des objectifs de la reforme du secteur de sécurité. « L’intérêt pour nous est que nos acquis sur la reforme du secteur de sécurité ont besoin d’une large information. Et le déficit de communication constitue un facteur de méconnaissance des performances de la reforme du secteur de la sécurité. L’intérêt aussi est que cette ONG est essentiellement composée de femmes. Donc, ça nous amène à prendre en place la dimension du genre dans la reforme du secteur de sécurité, qui est l’un des secteurs transversal, avec les armes légères, nous avons envisagé de continuer ce cadre de travail », a-t-il dit.

Il ajoute cependant qu’il y’a des acquis et faiblesses : « ce qui est sûr, la reforme est un processus. Donc, la première étape concernant une reforme d’envergure en Guinée est terminée. En ce qui concerne l’élaboration du document du cadre de reforme, aujourd’hui tous les secteurs concernés  par la reforme, ont une définition très précise de leur politique sectorielle. Les faiblesses sont au niveau des équipements, nous voyons aussi le déficit de communication », a précisé Dr Kouyaté.

Durant ces deux jours, ces femmes journalistes ont été formées en Réforme du Secteur de Sécurité et elles produiront des reportages liés à ce secteur.

Kadiatou Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 664600100-620528554

 

Facebook Comments

Guineematin