Ministre de la Sécurité et de la protection civile, Mahmoud CisséC’est une Renault 21 de couleur cendre, maquillée en jaune, numéro RC 5028 N, en provenance de N’zérékoré, qui a été braquée cette nuit du samedi au dimanche 4 janvier 2015, entre 23 heures et minuit, à quelque mètres de Débélé, Kindia, selon les explications du chauffeur au téléphone de Guineematin.com, au petit matin de ce dimanche.

« J’avais remarqué la voiture derrière nous depuis un moment. Mais comme c’est sur la grande route, je n’imaginais pas que ce sont des coupeurs de route. La première fois, ils sont venus à notre hauteur, mais un autre véhicule s’était engagé, ils ont rétrogradé et sont restés derrière. Puis, ils se sont de nouveau engagés. J’ai pensé qu’ils voulaient nous dépasser. Mais, quand ils nous ont collé j’ai quitté la route pour éviter l’accident. On ne pouvait plus rouler, j’avais freiné à côté. Brusquement, ils sont venus vers nous avec des PMK. Ils ont crié que personne ne bouge, en menaçant de tirer. Ils m’ont éjecté du siège pour la banquette arrière. Quelqu’un d’entre eux s’est mis à ma place. Quelqu’un s’est mis sur nous sur la banque arrière et un troisième à la place de devant… », disait au téléphone de Guineematin.com le chauffeur Mamadou Aliou Diallo.

Les nouveaux maîtres à bord tourneront ainsi la voiture pour reprendre la route de Kindia, puis de Mamou. « Au niveau du carrefour de Madina Oula, ils ont quitté la route principale et entré dans brousse. Ils nous attaché sur des arbres, à plusieurs kilomètres de la route où ils nous ont laissé à 2 heures et quelques minutes », a rapporté la victime.

Ils seront dépossédés de tout ! « Ils sont partis avec la voiture, nos téléphone, notre argent… tout ce que nous avions. Nous n’avons absolument plus rien… », se plaignait le chauffeur, au téléphone de Guineematin.com

À en croire notre interlocuteur, c’est la seule femme qui était dans la voiture des passagers qui n’a pas été attachée sur un arbre. Et, c’est elle qui détachera les autres après le départ des braqueurs.

« Heureusement qu’ils ne nous ont pas blessé. Nous sommes venus nous plaindre à la brigade mobile de la gendarmerie la plus proche. C’est à 20 kilomètres de Kindia », a précisé le chauffeur qui demande de l’aide pour pouvoir quitter avec les passagers là où ils sont actuellement et surtout retrouver la voiture et son contenu.

« J’utilise le téléphone d’un des gendarmes d’ici pour vous parler. Faites tout ce que vous pouvez pour nous aider, à cause de Dieu… », a plaidé notre interlocuteur, au nom de ses compagnons d’infortune, les passagers.

Plusieurs braquages ont été enregistrés ces derniers temps dans le pays. Entre Kankan et Kissidougou, des braqueurs avaient disparu avec une glacière contenant des échantillons prélevés sur des malades suspectés d’Ebola, il y a quelques semaines.

Et, plus récement, le jeudi 1 janver, ce sont des fidèles musulmans en route pour célébrer le Mouloud dans la ville sainte de Touba qui avaient été attaqués à Boké par des personnes habillées en tenue militaires. Ils leur avaient non seulement dépossédé de leurs biens, mais, pire, violé des femmes, a rapporté un journaliste de la radio nationale.

À Conakry, les attaques à domicile et les braquages sur la route se passent de commentaire, alors que des barrages sont érigés dans tous les carrefours à partir de 23 heures…

Nouhou Baldé

 

 

 

Commentaires