Le PDG du groupe Hadafo Médias, Lamine Guirassy, s’est rendu en fin de semaine dernière dans la famille de Chérif Diallo, le journaliste d’Espace TV qui a disparu depuis trois ans environ. Une visite de courtoisie qui a été mise à profit, pour parler de cette disparition et réclamer une fois encore la vérité sur cette affaire.

L’affaire de la disparition de Chérif Diallo a été close et le dossier a été classé sans que l’on puisse savoir qu’est-ce qui est arrivé au journaliste-reporter d’images de la télévision Espace TV. La visite de Lamine Guirassy, PDG du groupe Hadafo à la famille de son ancien employé à Labé, a été donc l’occasion de relancer le débat autour de cette affaire. La famille s’est bien mobilisée pour accueillir son hôte.

« Nous supportons ça au quotidien de manière très difficile même indescriptible pour être franc avec vous ; je ne peux pas vous dire comment nous supportons ça au quotidien parce que c’est comme vivre avec un petit virus dans une communauté restreinte en voie de disparition », a déclaré à cette occasion, Abdoulaye Korka Diallo, jeune frère de chérif Diallo.

Il a rappelé qu’après la disparition de son frère, il s’était rendu à Conakry pour rencontrer les services de sécurité qui étaient en charge de l’enquête, et qu’il a été étonné un jour que les enquêteurs l’aient confondu à un suspect et qu’ils aient tenté de le placer en garde à vue. Le jeune homme indique que sa famille ne cherche pas forcément à retrouver Chérif Diallo vivant, mais qu’elle veut juste savoir la vérité sur ce qui lui est arrivé.

« Tout ce que nous voulons, c’est d’être fixés sur le sort de notre frère Chérif Diallo, rien de plus, juste être fixés afin qu’on sache s’il est vivant ou pas. On n’a pas aussi peur d’apprendre qu’il est mort puisque tout être humain s’attend à cela. S’il est décédé nous aimerions avoir des informations par rapport à son sort », a-t-il dit, déplorant la façon dont l’enquête a été menée sur la disparition de son frère.

De son côté, Lamine Guirassy, également affecté par la disparition de son employé, a pris la parole pour soulever un certain nombre d’interrogations : « Je ne dirais pas disparition. Est-ce que je peux appeler kidnapping, est-ce que je peux appeler enlèvement ? Gros point d’interrogation. C’est clair que c’est très difficile de vivre avec ça dans le ventre à savoir qu’on ne sait pas ce qui s’est passé exactement. Tout ce que je sais et qu’on m’a balancé en live dans les « Grandes gueules », c’est que le dossier a été classé. Au nom de quoi, au nom de qui ? Je n’en sais rien du tout, mais je trouve cela juste inhumain de la part d’un ministre de la République, Cheick Sakho », a-t-il dit.

Le Patron d’Hadafo Médias souhaite donc la réouverture de l’enquête pour que lumière soit faite sur ce dossier : « Il faut impérativement relancer le dossier. Avec toutes les informations qu’on a eues aujourd’hui avec la famille, je pense qu’il y a des non-dits dans ce dossier-là, il y a des choses qu’on ne sait pas et qu’il va falloir demander des comptes à la gendarmerie nationale et aux autorités pour essayer de comprendre exactement ce qui s’est passé », a lancé Lamine Guirassy.

Guineematin.com

Facebook Comments

Guineematin