La mosquée Wahhabite de Tata 1Dans la nuit du vendredi 17 octobre 2014, des populations très en colères ont démolis une salle aménagée par des ‘’Wahhabites’’ dans le secteur Thiernoya, quartier Doghol, situé à l’Est de la ville de Labé, a appris Guineematin.com d’un habitant du quartier.

Selon Mamadou Diouldé Baldé, qui a joint guineematin.com tard dans la nuit: « aux origines, c’est un vieux qui a laissé un terrain à sa famille comme héritage. Récemment, les deux jeunes frères, Thierno Kalirou Baldé et Mamadou Saidou Baldé, tous ‘’Wahhabites’’ sont partis dire à leur aîné, Mamadou Tanou Baldé -qui est du ‘’Tidjaniya’’- qu’ils voudraient utiliser le terrain pour construire des magasins. Voyant l’importance de cette décision, Mamadou Tanou Baldé a aussitôt accepté leur demande. Mais à sa grande surprise, à la place des magasins promis, il a vu pousser une salle servant de lieu de culte pour la secte ‘’Wahhabites’’. C’est ainsi que Mamadou Tanou a approché ses deux jeunes frères pour montrer son désaccord. L’affaire à fait le tour de la ville. Saisi de l’affaire, le Préfet de Labé a été ordonné la fermeture de la salle qui avait déjà servi pour la prière du vendredi qui a précédé la fête de Tabaski et même celle de la fête », explique notre interlocuteur.

Pour montrer son désaccord, Mamadou Tanou Baldé, accompagné du chef du secteur de Thiernoyah, Mamadou Alpha Baldé, s’est rendu sur les lieux pour, dit-on, proférer des injures publiques et des menaces de mort contre Thierno Khalirou. Les deux visiteurs indésirables auraient même endommagé l’antivol de la fenêtre de l’école coranique. C’est ce qui a suscité la plainte de la victime qui a saisi la brigade de recherche de la gendarmerie de Labé. Lorsque les accusés ont été convoqués à la gendarmerie, ils se sont fait accompagner d’une foule importante de citoyens du quartier. Face à cette nouvelle tournure de l’affaire, le Commadant de la Brigade de recherche, Mamadou DIOP a transféré le dossier au préfet de Labé. Non satisfait du traitement de ce dossier au niveau du secrétaire général chargé des collectivités décentralisées de Labé, le plaignant s’est payé les services de Maitre Zézé Kalivogui, avocat à la Cour qui a saisi directement le cabinet d’instruction du Tribunal de Première Instance.

Ainsi, répondant à la convocation du juge d’instruction hier- vendredi 17 octobre-, aux environs de midi, les deux accusés ont été conduits à la maison centrale. Pendant ce temps, les ‘’Wahhabites’’ se sont retrouvés encore pour rouvrir la salle et effectuer la prière du vendredi au moment où le frère ainé est en prison. Les populations de Domby et de Doghol majoritairement hostiles aux wahhabites se sont massivement mobilisées pour aller à la préfecture et demander la libération de Thierno Tanou et son complice. Suite à plusieurs interventions, les deux accusés ont obtenu une liberté provisoire. Mais, en rentrant à Donghol, la foule qui était venue récupérer les prisonniers est passée démolir l’école coranique.

Aux dernières nouvelles, le calme est revenu dans le secteur depuis 22 heures. Thierno Khalirou et sa famille ont passé la nuit à la compagnie mobile d’intervention spéciale de Safatou pour leur propre sécurité. Le maire de la commune urbaine de Labé était chargé de négocier leur retour à Donghol avec la population du quartier. Les autorités locales se sont retrouvées ce samedi matin pour examiner la situation mais rien n’a filtré de cette rencontre avec les organisations de la société civile

Mamadou Alpha Baldé et Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Commentaires