les artistes guinéens rendent hommage au victimes de RogbanéQuarante jours après la tragédie meurtrière survenue à la plage Rogbané, les artistes guinéens ont rendu un vibrant hommage hier mardi,  aux victimes de la plage de  Rogbané dans   un réceptif hôtelier de la place. C’était en présence des managers culturels, des représentants de la fédération des opérateurs culturels de Guinée et ceux de l’Union des journalistes et animateurs culturels de Guinée.

Composé de vingt-quatre artistes Guinéens, ils ont produit  un clip vidéo intitulé ‘’Les Voix Solidaires’’. Ces artistes ont fait  la  prière  pour les victimes  et ont  demandé « pardon » aux parents des victimes de cette tragédie survenu 29 juillet 2014.

King Salomon du groupe Banlieuz’art, très ému après le lancement du clip, les larmes aux yeux, témoigne : « Nous prions Dieu le Tout-Puissant de les pardonner. Ils ont laissé leurs parents pour venir nous rencontrer ce jour. Nous avons voulu partager avec ces jeunes le bonheur et la joie qu’ils ne peuvent pas avoir sans nous (artistes) et que nous aussi, nous ne pouvons pas avoir sans eux. C’est un bonheur culturel qu’on partage pour oublier les peines et les douleurs de la vie. Nous prions Dieu de les accueillir dans son paradis et que la terre leur soit légère. Je parle au nom de tous les artistes guinéens pas seulement nous qui avons joué ici. La Guinée est une famille comme nous le disons depuis. Nous sommes profondément touchés par la mort de ces jeunes guinéens et guinéennes parce qu’ils nous aimaient».

L’artiste Koundou Waka renchérit : « Aujourd’hui, ce qui est fait, est fait. Que Dieu pardonne aux victimes. Dieu fait parfois des choses, seul Lui peut le faire. Acceptons-le. Nous prions Dieu de pardonner nos morts… Prenons des dispositions pour que cela n’arrive plus jamais ».

Macka Traoré du réseau de la fédération des opérateurs culturels de Guinée, au bord des larmes, se ressaisit, la mort dans l’âme : « Je suis très ému puisque depuis un bon moment on m’a fait parvenir cette chanson. J’ai participé à la production et à la réalisation de cette chanson. Et la surprise qui était dans cette chanson,… c’est le message lancé par Abdoulaye Mbaye (aujourd’hui en prison, ndlr) à la fin de ce clip. On a demandé pardon aux familles (des victimes), à qui de droit. Le moment est arrivé pour nous de dire certaines choses qui, pour certains, sont une vérité, mais pour d’autres, un choc. On oublie quand même avec tout ce qui arrive, à un certain moment, que les gens qui ont organisé cet événement (concert du 29 juillet 2014, ndlr) ne sont pas des criminels… Quand Ebola est arrivé en Guinée, la première personne à regrouper tous les artistes à ses frais sans que l’Etat ni aucun partenaire n’intervienne, c’est bien sûr, Abdoulaye Mbaye….»

Macka Traoré a enfin demandé la libération des artistes incarcérés en attendant la fin des enquêtes « ou bien on arrête le maire de Ratoma, Sékou Batouta Camara et le chef de quartier de Taouyah».

Pour sa part, Joe Camara, représentant du réseau des managers de Guinée veut que justice soit rendue. Il a déclaré : « nous (artistes) demandons que justice soit faite pour la jeunesse guinéenne. Que justice soit faite pour la liberté de la culture guinéenne, pour nos frères Malick Kébé et Abdoulaye Mbaye qui sont aujourd’hui à la maison centrale. Ça fait mal de voir nos frères qui ont l’habitude de redonner la joie de vivre, se déplacer difficilement ».

Ibrahima Chérif, au nom de l’Union des journalistes et animateurs culturels de Guinée, a juste demandé, au nom de ses pairs de l’UJACG, « pardon aux parents des victimes ; mais aussi au peuple de Guinée ».

Assy Diallo pour guineematin.com

Facebook Comments