Carte de la Guinée Conakry, 18 septembre 2014 – Dans la journée du mardi 16 septembre 2014, une délégation des autorités administratives de la région administrative de N’Zérékoré et de la sous-préfecture de Womey, s’est rendue dans cette dernière localité.

A Womey, la mission s’est employée à sensibiliser la population locale sur la lutte contre l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola. Il s’en est suivi une réaction hostile des habitants de la localité suivie de jets de pierres qui ont obligé les membres de la délégation à s’enfuir.

Si certains ont pu rejoindre N’Zérékoré, notamment le Gouverneur et le Préfet de N’Zérékoré, neuf (9) membres de la délégation se sont réfugiés dans les alentours de Womey pour échapper aux violences physiques.

Une mission de recherche, composée des autorités administratives et sécuritaires accompagnant le Procureur de la république et le médecin légiste a été dépêchée sur les lieux pour retrouver les personnes suivantes :

– Moriba Touré, sous-Préfet de Womey ;
– Fodé Mamoudou Touré, fils du sous-Préfet ;
– Dr Ibrahima Fernandez, Directeur Préfectoral de la Santé de N’Zérékoré ;
– Dr Ibrahima Saliou Barry, Directeur Général Adjoint de l’hôpital régional de N’Zérékoré ;
– Pépé Kpogohomou, Chef du Centre de Santé de Womey ;
– Moïse Mamy, Pasteur évangéliste de N’Zao ;
– Molou Chérif, Technicien à la radio rurale de N’Zérékoré ;
– Sidiki Sidibé, Technicien stagiaire à la radio rurale de N’Zérékoré ;
– Facély Camara, journaliste dans une radio privée.
Les investigations de la mission de recherche ont permis de découvrir huit (8) corps dans le village. Le fils du sous-préfet a, quant à lui, été retrouvé vivant, caché dans les environs.

Le Gouvernement condamne avec la plus ferme énergie, l’assassinat de citoyens guinéens, dont des représentants de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions.

Ces crimes sont d’autant plus regrettables qu’ils interviennent au moment où la communauté internationale se mobilise pour accompagner les pays affectés dans leur lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

Le Gouvernement assure que ces actes ne resteront pas impunis et recevront la réponse judiciaire appropriée. Déjà une enquête judiciaire a été ouverte.

Toutes les personnes impliquées dans ces assassinats seront traquées et traduites devant les juridictions pour recevoir la sanction prévue par la Loi. A ce jour six (6) personnes ont déjà été interpellées. Les forces de sécurité restent déployées pour appuyer l’enquête en cours.

Le Gouvernement présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes.

Il appelle les braves populations guinéennes à rester unies face à l’épreuve que représente l’épidémie Ebola. Ce combat doit être l’occasion pour les Guinéens de taire leurs différences et de se présenter soudés dans cet effort national.

Le Porte-parole du Gouvernement

Contact médias :

M. Damantang Albert CAMARA, Porte-parole du Gouvernement, ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi et du Travail

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Commentaires