Labé, entrée de la villeLa maladie à virus Ebola vient de faire son apparition dans la préfecture de Labé où deux cas ont été confirmés par les autorités sanitaires à Sambayaabhé, un village relevant de la commune rurale de Popodara et situé plus précisément sur la route de Koula Mawndé, a appris le correspondant de Guineematin.com d’une source officielle.

Selon le Directeur régional de la santé de Labé, Dr Mamadou Houdy BAH, c’est une nourrice âgée de 13 ans qui est décédée d’Ebola à Conakry après le baptême de son enfant.

La mère de la victime, qui s’était rendue à Conakry pour assister à la cérémonie, est rentrée à Labé, le 10 décembre dernier, avec le nouveau-né et le père de l’enfant.

Tombé malade à Sambayaabhé, le bébé a été évacué au centre de santé de Popodara où il a reçu des soins avec une ATS de la place, qui malheureusement n’a pas réussi à le sauver. Il a alors été enterré par la communauté sans aucune précaution, contrairement à l’esprit de l’état d’urgence sanitaire et en présence de monsieur le sous-préfet.

Quelques jours après, la grand-mère de l’enfant, âgée de 34 ans, et le père du défunt, âgé de 25 ans ont commencé à développer la maladie.
Alertées, les autorités sanitaires de la région se sont rendues immédiatement sur les lieux pour s’enquérir de la réalité, mais les proches parents des personnes suspectes ont refusé de collaborer. La mission médicale est rentrée bredouille à Labé. Sans avoir pu rencontrer les deux personnes suspectes venues de Conakry.

Entre-temps, la psychose gagne du terrain dans la sous-préfecture. L’alerte est persistante. Le comité de riposte se voit obliger d’y dépêcher une seconde mission. Les malades affaiblis sortent de leur cachette. Ils présentent un aspect physique qui nécessite une évacuation d’urgence. Mais, les proches ne l’entendent pas de cette oreille. Le chef de famille joue à l’intellectuel du village et exige que le test soit d’abord positif avant de laisser les malades entre les mains du comité de riposte contre Ebola. Le prélèvement est vite fait. Un laborantin a été dépêché dans l’après-midi du vendredi 19 décembre dernier à Conakry pour déposer les échantillons.

Hier, samedi 20 décembre, il était 17 heures quand les résultats sont tombés comme un couperet à la Direction régionale de la santé, quartier général du comité de crise : il s’agit bien de deux cas d’Ebola confirmés par Conakry.

Mais, la famille se montre toujours réticente à l’idée de laisser les deux malades partir à Conakry pour des soins. On fait alors recours au Directeur Général de l’hôpital régional, Dr. Ataoulaye Sall, natif de Popodara pour négocier leur libération auprès de la famille. La médiation se poursuit jusqu’à 22 heures. Heure à laquelle le sous-préfet et le médiateur font appel à l’ambulance de Koubia, réquisitionnée pour les besoins de la cause et qui attendait le signal à la résidence du gouverneur de Labé.

Les deux ont finalement quitté Popodara pour Conakry à bord de cette ambulance tard cette nuit, samedi 20 décembre 2014, aux environs de minuit.

Le gouverneur de région, Sadou KEITA, a convoqué une réunion de crise pour le lundi 22 décembre prochain. La journée de ce dimanche 21 décembre sera essentiellement consacrée à l’identification des cas contacts en famille et dans Labé.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com
Téléphone : (00224) 660 11 35 15

Commentaires